Hainaut

Happy End" comporte un exceptionnel moment de cinéma au cours duquel un grand-père et sa petite-fille échangent leurs terribles secrets.

Fantine Harduin, la gamine qui fait face à Jean-Louis Trintignant, est une petite Mouscronnoise de 12 ans. Elle n’a rien d’une débutante cependant. On l’a vue à la télé dans les séries "Engrenages" ou "Ennemi public" et au cinéma dans "Les nouvelles aventures d’Aladin". "Kev Adams et Michael Haneke sont des univers complètement différents", mais, ajoute-t-elle, "ce n’est pas parce que le film de Michael est très noir que l’ambiance l’est aussi. L’ambiance était très cool comme chez Kev Adams."

Un long casting

Ce qui a été moins cool, semble-t-il, ce fut le chemin pour arriver jusqu’au plateau du réalisateur d’"Amour". "Au départ, il cherchait une fille de 15 ans et moi, j’en avais 10 au moment du casting. On a envoyé une photo en se disant : on ne sait jamais. Et on nous a répondu en nous demandant d’envoyer une vidéo. J’ai envoyé une vidéo toute simple où je me présentais. Alors, on m’a demandé de venir à Paris. Je n’ai pas tout de suite rencontré Michael mais bien une directrice de casting, Kris de Bellair. Elle a beaucoup aimé ma prestation mais elle était très embêtée par rapport à mon âge et à ma taille. Elle m’a dit : ‘Je vous retiens pour d’autres films’ mais elle a tout de même montré ma prestation à Haneke. Il a adoré et on m’a rappelée. Au quatrième casting, je l’ai finalement rencontré. C’était très impressionnant mais il était très gentil. J’ai joué une scène du scénario. Il m’a dit que j’étais prise. Et puis non, car il hésitait par rapport à mon âge. Alors j’étais prise, et puis je n’étais plus prise. Cela a duré un moment. Finalement, j’ai été prise. J’étais super contente car mon père m’avait expliqué le grand cinéaste qu’il était."

Et il le prouve à nouveau dans le climax de "Happy End" qui voit la petite Fantine faire face à l’immense Jean-Louis Trintignant. "C’était une scène très compliquée. Je l’ai beaucoup répétée. Michael m’avait prise à part pour m’expliquer exactement ce qu’il voulait. Ce n’était pas facile. On l’a tournée plus de vingt fois. Jean-Louis faisait tout pour me mettre à l’aise. Il me disait toujours que je jouais bien, que j’étais impressionnante. Il faisait des blagues pour me faire rigoler. C’était marrant. Il est tellement gentil."

C’est loin d’être "The End" pour Fantine Harduin qu’on reverra déjà sur grand écran au printemps prochain, "Dans la brume" au côté de Romain Duris.