Hainaut FLe gouverneur du Hainaut Tommy Leclercq fait le point sur la situation.

Depuis le 22 novembre dernier, une portion de dix kilomètres de l’autoroute E19 est fermée à hauteur de Feluy. L’objectif étant d’empêcher les gilets jaunes et les casseurs de semer la pagaille sur l’autoroute mais aussi de réaliser des blocages devant le dépôt de carburant Total de Feluy. En début de semaine, le gouverneur du Hainaut Tommy Leclercq avait annoncé que cette fermeture nocturne se poursuivrait jusqu’à ce vendredi.

Après une nouvelle évaluation, il a été décidé de maintenir le dispositif policier jusqu’à lundi. "La fermeture se poursuit en soirée et la police de Mariemont reste mobilisée alors que la réserve fédérale est en veille, prête à intervenir", explique le gouverneur. "Selon les événements de Bruxelles de ce vendredi mais aussi ce qui pourrait se passer ce week-end, nous devrons analyser comment évolue le mouvement. Une nouvelle évaluation est donc prévue ce lundi matin avec la police."

Le profil des gilets jaunes

Les autorités analyseront également la dominance du mouvement : pacifique ou non. "Nous sommes observateurs et attentifs ", poursuit Tommy Leclercq. "Car il y a parfois eu de fortes agressivités. Quand on lance des projectiles sur la police ou que l’on dispose des rondins de bois sur la route, c’est vraiment très dangereux pour les autres. Il est difficile pour le moment de savoir quelles mesures nous prendrons lundi."

Les enquêtes successives ont permis à la police de détecter le profil des gilets jaunes et des autres personnes responsables des débordements. "Au fur et à mesure des arrestations, nous comprenons de mieux en mieux le phénomène et à qui nous avons affaire. Il se confirme que nous avons une grande hétérogénéité d’intervenants : des personnes pacifiques d’un côté, d’autres qui sont prêtes à utiliser la force et puis il y a les casseurs cagoulés qui ne revendiquent rien et qui agissent totalement à l’encontre du code pénal."

En attendant, les ravitaillements au dépôt de carburant de Feluy ont repris de manière à résorber les pénuries constatées à certains endroits. Plus aucune pompe ou presque n’est aujourd’hui en problème d’approvisionnement. S