Hainaut

Dans son programme électoral, le PS de Colfontaine se félicitait d’accueillir sur son territoire 304 commerçants et promettait qu’il continuerait "à soutenir le commerce de proximité" . Force est pourtant de constater que tous les candidats ne sont pas logés à la même enseigne lorsqu’il s’agit d’obtenir le soutien des élus locaux, plus précisément du bourgmestre, Lucien D’Antonio (PS).

Raisons encore inconnues

C’est l’amère expérience vécue par Michelina Territo. D’ici le premier décembre, elle ouvrira son magasin de fleurs et minéraux, Lilas Rose, au 20B place de Wasmes. Mais la menace d’une présence policière plane d’ores et déjà sur son ouverture. "Le bourgmestre s’oppose à l’ouverture de mon magasin sans que je n’en connaisse vraiment la raison", déplore-t-elle.

Les démarches ont pourtant été effectuées et ont abouti. "Obtenir toutes les informations utiles n’a pas été simple mais j’ai finalement obtenu les accords du service de l’urbanisme, notamment pour placer une enseigne sur le bâtiment. J’ai même été conviée à participer à la semaine de l’arbre en tant que commerçante. La façade est actuellement en cours de rénovation par le propriétaire. Tout semblait être en bonne voie…"

Le commerce devra tirer le rideau

Mais ce mardi soir, Michelina Territo était contactée par l’administration. "On m’a annoncé que je ne pouvais plus ouvrir mon magasin, que le bourgmestre en personne s’y opposait. On m’a expliqué que mon magasin devrait être fermé au moins deux semaines à la Pentecôte et une semaine en période de Noël, lorsqu’il y a des festivités ou le marché de Noël sur la place. Lorsque j’ai répondu qu’il ne pouvait pas imposer une fermeture des magasins, on m’a répondu qu’il en avait le droit."

Soutenue par ses proches, certains conseillers communaux et l’un ou l’autre échevin, la commerçante ne compte pas baisser les bras. "Je suis déçue mais quoi qu’il arrive, j’ouvrirai mon magasin le premier décembre. J’ai déjà trop investi pour faire marche arrière. Je n’ai eu aucun courrier officiel, pas de recommandé, pas de mail. La présence de la police pourrait refroidir l’ambiance joyeuse qui va de paire avec une ouverture mais tant pis." Ce mercredi, Michelina Territo ne parvenait pas à entrer en contact avec Lucien D’Antonio. "Il ne prend aucun de nos appels, ils nous ignorent royalement…" Ce dernier n’a pas non plus souhaité réagir dans nos colonnes.