Hainaut

Parmi les chantiers phares de la prochaine législature frasnoise figurera celui de la nouvelle résidence-services dont la première pierre vient d’être posée par les autorités communales. A l’heure actuelle, le CPAS gère déjà une maison de repos, à savoir le home Saint-Joseph situé sur la place de la Liberté. Au total, nonante pensionnaires occupent ce site qui s’adresse prioritairement à des personnes du troisième âge qui ne sont plus aptes à vivre chez elles.

Ces dernières années, la politique de prise en charge des aînés a fortement évolué. L’allongement de l’espérance de vie ainsi que l’insuffisance chronique de lits dans les structures d’accueil existantes ne sont pas étrangers au développement des résidences-services.

Une transition beaucoup moins brutale

A Frasnes comme ailleurs, on enregistre de plus en plus de demandes pour ce concept d’hébergement qui permet aux seniors quittant leur domicilie de garder une certaine autonomie et de maintenir des contacts sociaux tout en se sentant rassurés et sécurisés sans devoir constamment déranger leurs enfants.

"En cas de problème de santé, les résidents savent qu’un concierge sera joignable 24 heures sur 24. Ils ont la possibilité de prendre leur repas dans le restaurant communautaire du home ou de rester dans leur appartement pour se faire à manger. Ils ne doivent plus non plus s’occuper des démarches administratives liées à l’occupation de leur ancienne habitation. D’un point de vue psychologique, la transition est beaucoup moins brutale que d’entrer directement en maison de repos", explique Carine De Saint-Martin, présidente du CPAS.

A Frasnes, la résidence-services comptera 26 logements pour deux personnes adaptés aux personnes à mobilité réduite (PMR). Bâti sur deux niveaux, le bâtiment verra le jour sur le site des bassins, à proximité du centre-ville. L’investissement se chiffre à près de quatre millions d’euros dont 824 000 € seront subsidiés. Quant à la durée des travaux, celle-ci s’étalera sur 24 mois.

Des tarifs de location modérés

"La création de cette résidence-services répond à une demande du CPAS qui entend intégrer au mieux la personne âgée dans l’entité en plus de ce qui existe déjà. Outre le conseil consultatif des aînés, la commune offre, via les maisons de retraite, pas moins de 300 lits. Dans le cadre de la future résidence-services, la volonté est également de maintenir des tarifs de location modérés afin d’en favoriser l’accès pour tous tout en développant l’aspect intergénérationnel grâce à l’aménagement de potagers bio mais aussi d’une zone de jeux", ajoute Carine De Saint-Martin.