Hainaut Freddy Dewille, du groupe Gauche, a reçu un message hier soir d’un membre du PS

Les périodes électorales sont souvent une source de tensions et de débordements. Les chamailleries, mots forts et dérapages prennent parfois le dessus, éclipsant de la sorte les vrais débats et les enjeux locaux. Anderlues n’échappe pas au phénomène. C’est au tour de Freddy Dewille du groupe Gauche et Guglielmo Pastorelli (PS) de se friter publiquement.

À l’origine du conflit, un texte publié dans le Communard, le livret envoyé en toutes-boîtes par le groupe Gauche. Dans le numéro du mois d’août, Freddy Dewille disait tout le mal qu’il pensait de M. Pastorelli, ainsi que du montant qu’il aurait reçu pour partir de son rôle de chef de délégation de la CNC à la Sonaca : 345.000 euros. Les commentaires se sont poursuivis de plus belle sur les réseaux sociaux. "Il y a beaucoup de sympathie autour de Guglielmo. Mais je veux que la vérité soit dite. Il n’aime pas que je contredise l’image qu’il essaye de faire passer", explique-t-il.

C’est alors, que mardi soir, vers 22h30, Freddy Dewille reçoit un message vocal de M. Pastorelli. "Il m’a menacé en me disant qu’il en avait marre de mes réflexions, qu’il réglerait ses comptes à la sicilienne en me les coupant !", raconte Freddy. La version du candidat PS diffère de celle de Freddy Dewille : "Je ne l’ai pas menacé. Je lui ai téléphoné hier pour qu’il arrête de mettre des couillonnades sur Facebook et que l’on discute. Non seulement ça ne regarde personne, mais en plus ce sont des mensonges. Il invente des histoires pour la publicité électorale. J’ai quitté mon poste de président des instances syndicales à mon grand regret, ce n’est pas pour empocher une soi-disant somme de 345.000 euros et pour laisser tomber la défense des travailleurs."

Puisqu’aucun des deux n’avait l’air d’accord sur ce message vocal, nous avons eu la possibilité de l’écouter. Sur un ton agressif et quelque peu menaçant M. Pastorelli s’est exprimé : "Si tu as quelque chose à dire, tu me le dis en face, c’est toujours sur Facebook. Viens avoir une bonne discussion avec moi, comme ça, on va régler ça entre hommes, une belle petite discussion. Et je vais te faire comprendre à la sicilienne moi, tu as bien compris testa di cazzo ?"

Testa di cazzo est une insulte à l’italienne, "connard", "tête de nœud", etc. M. Pastorelli ne menace pas clairement, mais le ton agressif sous-entend un danger. Freddy Dewille souhaite aller porter plainte pour cet acte qu’il trouve impardonnable.