Hainaut

Elio Di Rupo était visiblement très agacé par les déclarations de Georges-Louis Bouchez lors de la prestation de serment de Anne-Sophie Charle au conseil communal de Mons. Jusqu'à en perdre la voix.

La prestation de serment de la nouvelle directrice générale adjointe, Anne-Sophie Charle a littéralement viré au pugilat public ce mardi soir à l’occasion de la séance du conseil communal de Mons. Alors qu’elle s’avançait pour prêter serment devant le bourgmestre Elio Di Rupo (PS) et les élus communaux, Georges-Louis Bouchez (MR), dans l’opposition, a d’abord réclamé le huis-clos. Il lui a été refusé.

Dès lors en séance publique, il a dénoncé “le petit mensonge et les bidouillages du PS pour placer une proche à la tête de l’administration montoise, preuves à l’appui.” Des propos qui ont fait bondir (et crier) le bourgmestre : “C’est une technique qui est insupportable, vous ne respectez rien, vous êtes odieux et indigne. Où avez-vous appris cela ? ! Tout a été expliqué et transparent, c’est scandaleux. Ce n’est pas vrai, elle n’a pas été favorisée,” a martelé Di Rupo, tout en tentant d’entendre la prestation de serment de la nouvelle directrice générale adjointe. Il y avait beaucoup de cris, beaucoup de regards médusés et des larmes aussi.

Le 8 mars dernier, nous vous révélions que cette promotion n’allait pas se faire sans remous. Et pour cause, Anne-Sophie Charle (41 ans), missionnée par la ville pour assurer le secrétariat général de la Fondation Mons 2025 (ex-Mons 2015), est aussi l’ex-cheffe de cabinet du bourgmestre Elio Di Rupo (en 2004-2013) et son ex-porte-parole à la Ville. Autrement dit, c’est une proche de Di Rupo himself.

À six mois des élections, il fallait s’attendre à ce que l’opposition examine cette promotion interne à la loupe. Bouchez (MR) créant l’incident, comme jamais auparavant, affirme “qu’il y avait bien un problème que le PS a camouflé habilement”. Il explique que “lors du lancement de la procédure le 12 décembre dernier, le collège a présenté en huis clos et dans la plus parfaite discrétion une modification du congé d’Anne-Sophie Charle en “congé pour mission d’intérêt général”. Un statut méconnu qui, au contraire du précédent, lui permettait de participer à la sélection pour le poste de DG adjoint !”

Des affirmations qui sont démenties par la ville de Mons, qui nous a affirmé qu’Anne-Sophie Charle “était bien depuis le début en “congé pour mission d’intérêt général” à la Fondation , prolongé depuis 2014, 2015, 2016 et 2017 comme le prévoit la procédure."

Mais Bouchez n’en démord pas. “Une nouvelle fois, le PS prouve qu’il ne connaît que la gestion des copains au mépris de la bonne gouvernance, que les passe-droits et petits privilèges sont toujours de mises.”

La nouvelle directrice générale a finalement prêté serment, toujours sous les hurlements. Elle a rapidement quitté la salle, en pleurs, tenant par la main son jeune fils qui devait être abasourdi par pareil spectacle.