Hainaut

Vice-champion olympique et vice-champion d’Europe, le hockey belge se porte bien sur la scène internationale. Ces résultats ne laissent pas insensibles les jeunes en quête d’activités sportives et les retombées se font déjà ressentir au niveau local.

À La Louvière, qui compte au total 360 membres, on confirme ce constat alors qu’on vient à peine de boucler le stage estival ouvert à tous, avant celui réservé aux hockeyeurs aguerris.

"Une trentaine d’enfants semblaient intéressés par le fait de continuer à l’issue de leur stage", se félicite Ewin Vanhellepute, le président du La Louvière Hockey Club.

Assurance et expertise

Maintenant, il faut pouvoir inciter les nouveaux à faire le pas et surtout à poursuivre leurs activités le stick à la main.

C’est pour cela qu’à Saint-Vaast, on a créé un pôle jeunes il y a quelques années. Une structure qui n’a pas été construite au hasard. Avec Céline Lurquin (membre également de l’équipe féminine première) et Pol Gantois (entraîneur national de hockey en salle et coach de l’équipe messieurs) à la barre, c’est l’assurance de mêler expérience et expertise.

"Mais il est également important de tisser des liens des plus jeunes vers l’équipe première. On est très attentif à cela", souffle Pol Gantois, très impliqué tout ce week-end pour le Wolf Day, réunion annuelle à La Louvière qui voit, sur trois jours, chaque équipe du club affronter sur son terrain un adversaire dans le but que tout le monde se rencontre.

Des stages pour innover

Cet esprit de convivialité, les Louviérois le lient à celui de la compétition. Avec ses deux équipes en nationales, les Loups sont ambitieux et veulent continuer à faire monter leurs jeunes. Raison pour laquelle ils ont innové en cette fin d’été en organisant un stage pour élites.

"Les inscriptions se faisaient sur invitation, elles n’étaient pas ouvertes. La raison est simple : nous ne pouvons pas non plus délaisser ceux qui sont vraiment l’avenir du club et qui montrent un potentiel certain en leur offrant un univers de qualité", confie le président. "Il faut pouvoir travailler sur plusieurs tableaux."