Hainaut La commune doit relancer la procédure sur son périmètre de rénovation urbaine.

La commune de Péruwelz pensait bien avoir défini clairement son périmètre de rénovation urbaine. Or, elle doit relancer toute la procédure.

Cette rénovation urbaine englobe la réhabilitation ou la construction de logements, la création ou l’amélioration d’espaces verts, d’équipements collectifs ou de bâtiments destinés au commerce ou à des activités de service.

"Le premier périmètre de rénovation urbaine date de 1993 et était valable 15 ans. Entre les deux, nous avons introduit des demandes de dérogation pour par exemple y inclure le bâtiment de l’ancienne clinique ou encore la rue de Sondeville", souligne le bourgmestre, Daniel Westrade. "En 2004, nous avions sollicité une modification du périmètre pour la Herseautoise. Dans ce périmètre est aussi compris le site Gilac qui fera l’objet de travaux pour y aménager des logements sociaux et de transit. Sans l’extension, nous n’aurions rien pu y faire."

Si on ajoute quinze ans à partir de 2004, on arrive donc à 2019. Et c’est là que le gouvernement wallon intervient. "Si nous n’anticipons pas et que nous ne relançons pas la procédure, notre périmètre sera caduc à partir de 2019", poursuit le bourgmestre. "Le problème, c’est que nous devons recommencer le même travail, un peu comme si vous deviez racheter un vélo alors que le vôtre est tout neuf. Le gouvernement voudrait que nous travaillions plus vite mais, paradoxalement, ralentit nos démarches. Il aurait fallu tenir un cadastre des dossiers déjà ficelés et que le gouvernement tienne compte au moins des projets déjà engagés et lancés."

Daniel Westrade pense ainsi à l’aménagement de logements moyens sur le site de l’ancien abattoir, derrière la rue Pont-à-la-Faulx. "Si nous ne relançons pas la procédure, nous perdrons les 750 000 euros promis pour la dépollution du site et les logements moyens qui y sont programmés. En attendant, nous devons reprendre un cabinet d’étude, ce qui nous occasionnera des dépenses."