Hainaut

Information ou tentative de manipulation ? Philippe Lannoo, futur chef de groupe du MR de Thuin au conseil communal, tenterait de jeter Paul Furlan, le bourgmestre sortant et les socialistes dans l’opposition. 

Selon les informations de nos confrères de la DH, les libéraux voudraient profiter du mécontentement de Yves Caffonette (PS) qui, malgré son excellent score en voix de préférences, ne deviendrait pas échevin. Le but serait donc d’amener celui-ci à rallier une majorité MR-CDH et Ecolo pour renverser le PS.

Interrogé par la DH, le leader libéral nie avec énergie et affirme qu’il n’a pris aucune initiative politique depuis le jour des élections. Réponse totalement identique de la députée wallonne et tête de liste Marie-Françoise Nicaise. Mais un autre son de cloche se fait entendre du côté de certains militants réformateurs. Ainsi, un élu qui souhaite rester anonyme nous confirme qu’il y a bien des contacts avec Caffonette et que les instances du parti ont été averties de ceux-ci. Toujours anonymement, une ancienne tête des bleus thudiniens nous confirme ces contacts ajoutant toutefois qu’il n’y a rien d’officiel pour le moment.

Chez Ecolo, Sébastien Brousse, ancien conseiller communal, a entendu parler de ces négociations mais doute de la faisabilité de l’affaire tandis de Christian Morciau n’a entendu parler de rien. Mais il indique toutefois à titre personnel qu’il ne participera à une majorité que si son parti est indispensable.

Au CDH, Karine Cosyns signale que si elle a eu des contacts avec le MR, c’était uniquement avant les élections. Depuis, plus rien et elle n’entamera pas de négociations avec qui que ce soit avant lundi prochain.

Reste Yves Caffonette lui-même. Il évoque une rumeur mais précise qu’il n’a pas été approché officiellement tout en réaffirmant qu’il est en droit, avec ses 735 voix de préférence, de revendiquer un échevinat. Le bourgmestre, dit-il, lui a conseillé de ne pas s’inquiéter. On insistera peut-être sur le « officiellement ». On n’oubliera pas non plus que si Caffonette est un socialiste convaincu, sa compagne exerce maintenant une grande influence sur lui et veille en permanence à ses intérêts politiques.

Qui croire ? Dans ce jeu politique, chacun joue bien évidemment un rôle et se garde bien d’exposer sa stratégie en public.

Furlan, de son côté, regrette ces manœuvres d’arrière-boutique et fait référence à Georges Louis Bouchez : « J’ai l’impression que le montois a investi le corps de Philippe Lannoo. Depuis qu’il a pris la succession de Marie-Françoise Nicaise, il a atteint le niveau zéro de la politique, c’est un poujadiste, un populiste. Tenter de monter une autre majorité, ça fait partie de la démocratie, mais il faut le faire au grand jour et pas en tentant de débaucher un élu d’un autre groupe ». L’ex-ministre conclut : « quand on veut monter au pouvoir, on le fait sur base d’un programme, un projet. Ici, le seul projet c’est de me renvoyer dans l’opposition, ça ne va pas du tout dans le bon sens ».