Hainaut Une expo éphémère de portraits inspirée par le conte de Lewis Caroll.

C’est le début d’une grande aventure photographique : l’artiste d’origine russe, Lala Belyaevskaya, a choisi Charleroi pour présenter sa première série de portraits de migrants. Elle veut réaliser une grande mosaïque humaine de mille pièces, avec pour chaque photo un petit récit de vie.

Mais l’originalité de son expo éphémère qui fait étape à la Ville basse, c’est le fil conducteur inspiré du chef-d’œuvre fantastique de Lewis Caroll : "Alice au pays des merveilles". "Au début du parcours d’exil, chacun reçoit des cartes qui constituent son jeu", explique-t-elle. "Certains ont la chance d’avoir un as ou un joker, d’autres n’ont que des deux ou des trois. Pour changer son jeu, il faut tirer de nouvelles cartes, elles s’offrent à nous en chemin. Sur la route, on peut se perdre ou partir dans la mauvaise direction."

On peut aussi faire de bonnes rencontres, comme le lapin blanc d’Alice qui a inspiré son titre à l’expo "Le Lapin blanc et le pont des migrants". Venus du Moyen-Orient, du Mexique, du Chili, Rafid, Gabriela et Valbone en témoignent. La photographe les a mis en lumière.

Avant d’arriver en Belgique, Lala Belyaevskaya a travaillé plusieurs années en République dominicaine. Son projet artistique se différencie de l’univers des reportages photo traditionnels autour de la mode, la pub et des mariages.

Clin d’œil malicieux à Alice : un miroir permet aux visiteurs de passer de l’autre côté du décor, parmi la galerie de portraits. L’artiste se met au défi de suivre l’évolution de ses modèles dans la durée. Elle ira les revoir dans un an, puis dans cinq, pour voir où ils en sont.

Entrée gratuite dans les heures d’ouverture. Visites : samedi 19 et dimanche 20 mai de 12 à 18 h, et le mercredi 23 de 18 à 20 h. Locaux de V68 au rez du building Le Président (boulevard Tirou, 17).