La cathédrale livre ses secrets

Laurent Dupuis Publié le - Mis à jour le

Hainaut Tournai

Quand il n’y a aucune information sur un édifice, les archéologues font parler le sous-sol. Et des entrailles du sous-sol, ils en dévoilent ses secrets. "Nous sommes un lien entre la mort et la vie", relève Raymond Brulet, professeur émérite à l’UCL.

Cet archéologue et historien a eu un privilège assez incroyable. Dans le cadre du chantier de stabilisation de la cathédrale Notre-Dame de Tournai, il a été amené à réaliser des fouilles durant 15 ans, de 1996 à 2010. Les seules jamais réalisées sur le site de la cathédrale. Raymond Brulet a profité de cette opportunité pour faire parler les entrailles de la cathédrale.

Le tout est aujourd’hui compilé dans des ouvrages de type scientifique. "Nous avons obtenu des résultats très intéressants. Nous avons retrouvé des vestiges très anciens, de l’époque romaine, nous avons retrouvé plusieurs églises, des sépultures d’évêques "

La découverte majeure est celle d’une première église paléochrétienne, sans oublier les constructions de l’antiquité tardive qui sont particulièrement bien représentées dans les sites de la cathédrale et du cloître. Ce type de découverte est en tous les cas unique en Wallonie. "On épinglera aussi trois basiliques au Haut Moyen Âge, un baptistère et une première cathédrale élevée du XIe siècle."

Si les ouvrages publiés aujourd’hui sont assez compliqués à lire, ils contiennent aussi de nombreuses photos, inédites. "Et l’idée n’est pas d’en rester là", insiste Raymond Brulet, juste avant de filer à une conférence à l’hôtel de ville de Tournai, notamment en compagnie de Charles Bonnet, membre de l’Institut de France. "Nous devrions dès l’année prochaine nous lancer dans un ouvrage à destination du grand public et dans l’organisation d’une exposition."

Le dossier de la valorisation des fouilles reste également dans les tuyaux wallons.

Et si la forme de cette valorisation n’est pas encore connue, le précédent ministre du Patrimoine Benoît Lutgen (CDH) avait promis un budget de 500000 €.

Publicité clickBoxBanner