La chapelle de Cocars est proche de la réhabilitation

Caroline Tichon Publié le - Mis à jour le

Hainaut

A la veille de la Ducasse à Figues, implantée depuis huit ans sur le site de la chapelle de Cocars, qu’en est-il d’une des fiertés du patrimoine dourois ? Les habitants des deux villages que le site traverse, Elouges et Wihéries, sont particulièrement attachés à la chapelle.

En piteux état, un sérieux coup de jeune doit lui être offert pour qu’elle retrouve son éclat d’antan. Face à ce constat, il a fallu trouver un accord avec la famille propriétaire des lieux.

"Nous avons acquis le site mais la famille de Royer conserve l’usage de la crypte, explique Martine Coquelet (DR +), présidente de l’ASBL Action et Recherche culturelles. Ils souhaitent continuer à venir pour se recueillir."

Depuis 2005, la chapelle et le site en général se dégradaient. "Nous avons donc pris contact avec la famille et essayé de relancer cette Ducasse à Figues sur le site pour lui redonner du dynamisme. La chapelle est redevenue le point de départ des activités." Plus de 800 Dourois s’étaient mobilisés en signant une pétition afin d’aider à la demande de classement du site auprès de la Région wallonne.

En juin, un historien de la Région wallonne est venu sur le site. Le dossier suit son cours. Il faudra encore attendre quelques mois avant que la décision de classement ne soit définitive. Les travaux commenceront par la toiture où il faut intervenir rapidement. "Les plantations ont pénétré dans la chapelle. Les vitraux seront également restaurés."

Quant à l’avenir du site, les idées vont bon train. "Nous avons pensé à un lieu d’exposition, quelque chose de sobre. Ce qui est certain, c’est que les idées ne manquent pas. Nous avons également pensé à refaire la statue de Jean qui rit, Jean qui pleure."

La balle est maintenant dans le camp de la Région.

Publicité clickBoxBanner