Hainaut Une zone tampon a été installée pour éviter tout risque de propagation.

Mardi, un cas de grippe aviaire était confirmé au sein d’un élevage amateur à Soignies. Ce jeudi, c’est du côté de Quiévrain, à Baisieux plus précisément, que des mesures particulières ont dû être prises. En effet, des analyses effectuées chez un éleveur amateur sont revenues positives mercredi soir. Une zone tampon temporaire est désormais d’application.

Mesures de précaution

Concrètement, les déplacements de volailles, oiseaux et œufs à couver dans la zone sont interdits. Cette interdiction ne s’applique cependant pas au transit à travers la zone. Les volailles et autres oiseaux captifs doivent être à tout prix nourris et abreuvés à l’intérieur et les propriétaires doivent envoyer, dans les 48 heures, un inventaire de leurs animaux à la bourgmestre, Véronique Damée (MR). "Des toutes-boîtes seront distribués ce matin et des panneaux d’avertissement placés aux entrées du territoire de Baisieux", précise-t-elle.

L’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca), à l’initiative de ces mesures de précaution, se veut rassurante. "Les consommateurs ne doivent en aucun cas s’inquiéter, la viande de volaille et les œufs sont sains", insiste Cathy Prison, en charge de la communication. "Il s’agit d’un problème de santé animal, c’est pour cela que des mesures sont prises."

Si des contrôles sont régulièrement opérés dans les élevages professionnels, l’Afsca invite les amateurs à redoubler de vigilance. "Le virus est extrêmement pathogène et fait atrocement souffrir l’animal. Les éleveurs doivent absolument respecter les consignes et ne nourrir leurs animaux qu’à l’intérieur car ce virus est transmis par les animaux sauvages. En cas de décès suspect, nous les invitons également à faire appel à un vétérinaire le plus rapidement possible."

Difficile de se prononcer

Ces derniers jours, les cas de grippe aviaire se multiplient donc dans la région. Mais des cas sont également à déplorer dans d’autres provinces (notamment le Luxembourg) et en Flandre. "Ce n’est pas quelque chose d’habituel mais la situation est sous contrôle grâce au plan de surveillance mis en place." Il est par contre difficile de se prononcer sur les causes de cette recrudescence de cas.