Hainaut Les jeunes Louviérois de 12 à 26 ans sont sondés pour penser la ville de demain.

Plus que jamais, la ville de La Louvière semble déterminée à placer le citoyen "au centre de tout". En début d’année, la cité des Loups annonçait sa volonté de se doter d’une nouvelle image grâce à un vaste projet de redynamisation de la ville, de développement économique et d’attractivité de l’ensemble du territoire.

Pour atteindre cet ambitieux objectif, les autorités communales ont décidé de faire appel à la population, de lui donner la parole et de l’impliquer dans la réflexion à mener. Un fil conducteur que l’on retrouve dans le projet des Assises de la jeunesse, qui recueille l’avis des jeunes pour améliorer leur quotidien à La Louvière.

Quatre phases

Dédiées aux jeunes entre 12 et 26 ans qui vivent, étudient ou travaillent à La Louvière, elles sont menées en collaboration avec le centre Indigo ASBL, Altern’Active ASBL et L-Carré.

Concrètement, ces Assises de la jeunesse comptent quatre phases. La première réside dans une enquête, qui a déjà débuté via un questionnaire distribué par différents canaux. "Sans doute y a-t-il des choses à améliorer à La Louvière. Nous avons chacun notre petite ou grande idée", soulignent les protagonistes.

Comment améliorer la ville ?

Une fois un nombre suffisant de questionnaires récoltés, la phase de diagnostic pourra débuter. Les critiques et idées seront rassemblées, synthétisées et répercutées sur le site Internet officiel (lalouvière-jeunesse.be) afin de répondre à une seule question : "Que faut-il améliorer dans notre ville ?" Sur base de ceci, un appel à projets sera lancé et la Ville, les associations, groupes de jeunes et jeune individuellement pourront proposer leurs idées, leur projet d’actions concrètes.

Enfin, "chaque jeune Louviérois pourra choisir les projets qui lui semblent les plus intéressants pour la ville. Les projets retenus seront analysés et répercutés dans un plan d’actions concrètes à réaliser pour faire bouger la ville, ensemble." Jusqu’à la fin de l’année, les jeunes seront consultés afin de ne sélectionner que les meilleures propositions. Infrastructures, lieu de fréquentation, mobilité, propreté… Les sujets a priori ne manquent pas.

Reste à voir si les jeunes saisiront cette occasion de s’exprimer et surtout, d’être entendus par les autorités communales pour penser La Louvière de demain.