Hainaut

Comme toutes les communes, Dour s’est pliée à l’exercice d’établir une politique globale de logement pour la mandature 2013-2018. À l’heure actuelle, les opérations de rénovation urbaines sont des priorités.

Le collège a entamé deux grandes opérations. L’une est consacrée au centre de Dour, l’autre au quartier du Monceau, à Elouges. "Ces deux opérations auront un impact considérable sur la qualité des logements de ces deux périmètres d’actions ", commente la note. " Pour l’opération du centre de Dour, le collège vient de désigner l’architecte qui se chargera de la première fiche projet qui concerne le parc de Dour, la rue Delval, la rue Decrucq et la rue du Mur Troué."

En ce qui concerne la seconde, la commission de rénovation urbaine de ce quartier a atteint sa vitesse de croisière et ses réflexions sont riches et innovantes. En fin de mandature, une opération similaire sera réalisée sur le quartier de Plantis. Une autre priorité de la majorité est la revitalisation urbaine et la restauration du patrimoine dourois.

"Un autre enjeu en matière de logement pour cette mandature, c’est l’opération de revitalisation urbaine qui touche le quartier de Trichères." Au niveau des zones d’aménagement communal concerté (ZACC), le collège se concentrera sur une seule d’entre elles, celle relative au Champ de la Gayolle à la rue de Moranfayt. "Dans un souci de mixité, près de 90 maisons moyennes seront construites entre les deux cités Chevalières et H. Harmegnies." Les investissements privés seront encouragés.

"La création de 60 nouveaux logements sur l’ancien chancre industriel des câbleries de Dour en est le plus bel exemple ! Nous éradiquerons donc cet ancien site industriel enclavé dans le centre-ville pour (re) densifier ce quartier et remailler la rue Fleurichamps et la Voie du Prêtre."

Afin de répondre à l’augmentation et au vieillissement de la population, le programme communal d’ancrage 2014-2016 prévoira, en partenariat avec le Logis dourois, l’assainissement d’une parcelle de terrain en vue d’y construire un ensemble de huit logements. Concrètement, ce projet prévoira la création de cinq logements adaptés aux personnes à mobilité réduite, de deux logements de transit modulables et de deux logements sociaux modulables pouvant accueillir les familles nombreuses.

Enfin, suite à la candidature retenue par le Gouvernement wallon, le Logis dourois se verra accorder un subside de 10000 € pour la réalisation d’une étude de programmation urbanistique et opérationnelle, un schéma directeur d’urbanisme et un plan d’actions.

"Lors de la précédente mandature, nous avions dû remettre de l’ordre. En 2007, nous étions loin de pouvoir reconstruire des logements, nous n’avions pas le feu vert et le logis était sous tutelle. Maintenant, nous allons pouvoir poursuivre les efforts et relancer des projets de construction", déclarait Vincent Loiseau (DR +), le bourgmestre faisant fonction de Dour.