Hainaut  La motion relative au maintien de la protection civile à Ghlin crée la polémique.

Ils ne sont pas d’accord. Le bourgmestre Luc Vansaingèle (PS) et le conseiller Alain Carion (MR) ont exprimé leur désaccord quant à la motion relative au maintien de l’unité opérationnelle de la protection civile de Ghlin. Une motion au final adoptée majorité contre opposition.

La protection civile est intervenue à plusieurs reprises sur l’entité par le passé, notamment pour la fourniture d’eau et de berlingots aux habitants. La réforme de la protection civile tend à faire de celle-ci un service de seconde ligne et non plus de première alors qu’auparavant, il n’était pas rare de la voir intervenir sur des accidents ou des incendies.

La réforme ne prévoit plus que deux unités dans les deux ans : une à Crisnée (Liège) et l’autre à Brasschaat (Anvers). Le ministère de l’Intérieur en a décidé ainsi.

Mais pour le MR, cette motion n’a pas lieu d’être. "Elle n’aborde qu’une seule des facettes de la réforme de la sécurité civile. Les missions de la protection civile ont été modifiées. Elle ne vient plus en appui de première ligne mais remplit encore deux types de missions, notamment des missions spécialisées comme en cas d’infection bactériologique ou chimique", a souligné Alain Carion. "Dès lors, si nous voyons arriver la protection civile à Belœil, cela voudrait dire que nous serions victimes d’une attaque chimique. Je n’ose l’imaginer. Selon nous, la motion n’a pas lieu d’être puisque les zones de secours sont appelées à assurer les missions autrefois dévolues à la protection civile."

Justement, le bourgmestre juge que la zone de secours Wapi ne dispose pas de moyens humains et matériels suffisants pour assurer l’ensemble des missions dévolues à la protection civile. "Les zones de secours ne sont pas encore à même de prendre le relais. La réforme des zones de secours ne le prévoit pas. Pour le moment, je me méfie. Il ne faudrait pas limiter ou diminuer le service à la population, la sécurité des citoyens. La caserne de la protection civile de Ghlin a encore toute sa raison d’être."

Pour Alain Carion, ce transfert de missions est en préparation. "Nous trouvons la motion absurde. En parlant de la sécurité des citoyens, vous faites de la démagogie."

Le texte a été adopté, malgré l’opposition du MR.