Hainaut Ruffus et le Chant d’Eole s’attendent à des récoltes exceptionnelles.

Les terres sèches, le soleil de plomb et les températures caniculaires font beaucoup de malheureux chez les agriculteurs. Mais pas chez les viticulteurs de la région où l’on accueille cette météo comme du pain bénit.

Le vignoble des Agaises (à Haulchin) et ses 230 000 pieds de chardonnay, pinot noir et pinot meunier sont tout simplement ravis de cette sécheresse qui touche actuellement le pays. "On peut vraiment s’attendre à une année exceptionnelle", confie Etienne Delbeke, le responsable de la viticulture chez Ruffus.

Car les vignes ne subissent pas du tout ce genre de météo. Ce sont même des plantes qui apprécient le soleil. "La vigne n’a pas soif parce qu’elle est plantée sur un sol particulier : de la roche crayeuse qui est présente jusqu’à 30 mètres sous terre. Or, cette roche emmagasine de l’eau durant les pluies et est capable de la restituer lors des périodes plus sèches comme c’est le cas maintenant. La vigne se comporte donc très bien."

"La météo est idéale"

Le résultat de cette bonne météo est même déjà visible sur les vignes : des raisins assez conséquents ont poussé. Mais du côté du domaine du Chant d’Eole (à Quévy), on aimerait tout de même une petite pluie sur les 86 000 pieds de vigne. "Un peu d’eau ferait tout de même du bien pour faire gonfler le raisin. La plante ne souffre pas mais le raisin peut encore gonfler, explique le vigneron Filip Remue. Un arrosage quelques semaines avant les vendanges optimaliserait 20 à 30 % de la récolte."

Il ne faudrait toutefois pas n’importe quelle pluie. Car l’eau reste également dans certaines conditions le pire ennemi des vignes. "Un orage, du vent violent, de la grêle, ça pourrait être destructif et vraiment anéantir le vignoble, assure Etienne Delbeke de chez Ruffus. Et puis, il ne faut pas qu’il fasse trop chaud non plus. Nous aimons des maturités relativement douces donc le temps de l’Espagne ne nous convient pas non plus. Donc pour le moment, c’est très bien."

Si la météo reste aussi clémente pour les vignobles, quelques bouteilles risquent bien d’être débouchées pour fêter cela… "C’est clair que ça risque d’être une très bonne année s’il n’y a pas de catastrophe d’ici là, ajoute Filip Remue du domaine du Chant d’Eole. Mais bon, il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué. Tant que le raisin n’est pas dans le pressoir, tout peut arriver."