Hainaut Bientôt, ce sera au tour des communes de passer à la caisse.

Le centre de santé de Mons n’est toujours pas sorti de ses tribulations financières. Et pour cause, le centre qui organise les visites médicales de près de 14 000 élèves de l’enseignement fondamental communal et provincial ne parvient pas à vendre son bâtiment. Cette propriété immobilière où sont installés les bureaux de l’intercommunale est mise en vente à près de 500 000 euros et ce, depuis plus d’un an. La bâtisse, située rue des Arquebusiers, est un véritable mastodonte aux frais énergétiques importants.

Plan de sauvetage en cours

"Il y a eu un amateur mais qui n’a pas conclu, précise Jean-Paul Deplus, président du CA. Nous souhaitons toujours vendre le bâtiment mais nous sommes moins dans l’urgence." Le plan sauvetage mis en place fin 2016 est toujours en cours. C’est la Province de Hainaut qui s’est mouillé la première. De fait, 44 % (quelque 6 000 étudiants) de sa population bénéficient des services du centre de santé. Une large partie des élèves des communes de Mons (4 000 élèves) et de Jurbise (1 100 élèves) en bénéficie aussi.

Soignies (1 200), Braine-le-Comte (659), Lens (214) et Silly (730) profitent également des services liés au centre de santé mais sans contrepartie financière. Ces communes ont donc été sollicitées pour passer à la caisse. "J’ai déjà fait le tour de ces communes pour évaluer comment elles pourraient intervenir. Nous leur avons proposé de cotiser en fonction du nombre d’élèves pris en charge. Avant cela, nous sommes allés à la Province de Hainaut puisqu’elle est notre plus grand pourvoyeur d’élèves. Jusqu’à présent, elle ne cotisait pas mais maintenant elle le fait à hauteur de plus ou moins 50 000 euros."

Le centre de santé n’est pas encore sorti d’affaire pour autant. "Les finances ne sont pas florissantes mais nous avons retrouvé un peu de souffle grâce notamment à la mise à la pension officielle de l’ancienne directrice, à la démission d’une secrétaire et à l’intervention de la Province de Hainaut. Nous avons moins le couteau sous la gorge mais les efforts doivent se poursuivre."

Démarches en cours

Un temps, il avait été question, soit de dissoudre l’intercommunale soit de la fusionner avec d’autres présentes dans l’arrondissement de Mons-Borinage. Des démarches sont toujours en cours en vue de rationaliser certaines de ces intercommunales.