Hainaut Hauts Pays

La rumeur courait dans les couloirs de la police des Hauts Pays depuis quelques jours déjà. C’est désormais officiel. La ZP 5329 se retrouve sans direction. Le chef de corps, Patrice Vanderbeck, a décidé de stopper l’aventure après trois ans passés à la tête de la zone de police des Hauts Pays. "C’est une décision prise d’un commun accord entre le président du collège de police (Eric Thiébaut, NdlR) et moi-même. Cela ne fonctionnait plus très bien."

Le chef de corps, qui a annoncé sa décision par mail à son personnel, assumera cette fonction jusqu’à ce que le collège de police ait désigné son successeur. "Après, je quitterai les Hauts Pays. Je partirai soit dans le cadre d’un détachement, soit par mobilité (en postulant éventuellement au poste de chef de corps dans une autre zone). L’idéal pour le bon fonctionnement de la zone de police, c’est que cela se fasse le plus rapidement possible." Les raisons de cette décision semblent assez diverses. Même si le chef de corps reste plutôt évasif, il apparaîtrait que sa gestion du corps de police ne convienne plus aux différentes autorités administratives (bourgmestres de la zone). "Il n’y a eu aucun événement marquant. Après les élections, Eric Thiébaut et moi-même avons discuté de la situation. Je ne le sentais plus. Les conclusions de l’audit ont effectivement joué."

Pour rappel, un audit interne avait été commandé l’année dernière, faisant suite à de nombreuses plaintes concernant le management. Après audition du personnel et de la direction, l’examen pointait le burn-out de plusieurs policiers. Les relations entre le personnel et le chef de corps s’étaient quelque peu dégradées depuis plusieurs mois. Le climat était également devenu tendu entre Patrice Vanderbeck et le président du collège pour ne pas écrire les bourgmestres des communes de Dour, Hensies, Honnelles et Quiévrain.

Notons qu’une évaluation concernant le chef de corps était en cours. Celle-ci regroupait notamment le président du collège de police et le procureur du roi.