Le nettoyage se poursuit

F. D. Publié le - Mis à jour le

Hainaut

Charleroi est loin d’être un modèle de propreté. Mais ces derniers temps, des efforts sont consentis pour contrecarrer la crasse qui s’est installée un peu partout en ville. En juin dernier, le service propreté est intervenu à 209 reprises pour nettoyer des dépôts sauvages. Dans 160 cas, cette intervention s’est faite à la demande des citoyens via le numéro vert 0800/24.063.

Et depuis le début du mois de juillet, six tonnes de déchets ont été enlevées par les éperviers du service propreté. Cette équipe mobile a été conçue pour intervenir au plus vite sur les points noirs, là où des dépôts clandestins ont été constatés et dont l’évacuation s’avère nécessaire.

Le 3 juillet, quatre tonnes de déchets divers (fauteuils, détritus, etc.) ont été ôtées du parking du Makro. Deux jours plus tard, trois camions d’ordures ménagères ont été enlevés de l’ancienne plaine communale de Jumet. Des gens du voyage y avaient installé leurs caravanes et ont quitté le site en laissant derrière eux une crasse épouvantable.

Mais il n’y a pas que les détritus qui souillent Charleroi. Avec les pluies torrentielles entrecoupées de rares rayons de soleil, les mauvaises herbes ont transformé certaines rues en forêts vierges. Le service propreté rappelle à ce titre que chaque propriétaire est tenu d’entretenir sa parcelle de trottoir, sous peine de se voir infliger une amende allant jusqu’à 250 €.

Mais pour montrer le bon exemple, l’échevin de la Propreté, Cyprien Devilers, a déployé une équipe de 11 personnes afin de nettoyer les abords des bâtiments communaux.

Ces agents ont été recrutés avec l’aide du CPAS, sur base de l’article 60, afin de permettre leur réinsertion sociale. Une fois l’automne venu, ils rejoindront l’équipe "pousse-pousse" , chargée de ramasser les déchets en rue.

Enfin, l’opération "sacs PMC non conformes " lancée le 12 juin dernier a permis d’engranger les premiers résultats. Le but était de rappeler aux Carolos les règles de base pour le remplissage des sacs bleus. Une première salve de contrôles avait permis de dresser 175 avertissements.

Le 26 juin, 266 sacs avaient été fouillés, ce qui avait abouti à la rédaction de 21 comptes-rendus administratifs. En juillet, deux opérations ont encore été menées, à Marchienne-au-Pont (33 sacs fouillés) et dans le centre (253).

S’il est prématuré de tirer des conclusions, force est de constater que c’est dans le centre-ville que les citoyens sont les plus dissipés en matière de tri des déchets.

Publicité clickBoxBanner