Hainaut

La troisième journée interrégionale du picard" aura lieu le 7 décembre à la maison de la culture de Tournai, en présence de représentants institutionnels et associatifs des trois sous-régions administratives du domaine linguistique du picard : la province de Hainaut, en Belgique, et les Régions de Picardie et du Nord-Pas-de-Calais, en France.

Le matin, de 10 à 12 heures, il sera question de la création en langue picarde et l'après-midi, de 14 à 16 heures, de sa diffusion. Les différents participants pourront ensuite échanger autour de stands et d'expositions, avant le spectacle "Picard-dits", de 20 à 22 heures, à la salle Jean Noté, spectacle de la Roulotte Théâtrale et avec la participation musicale d'Anne Leviel, Lariguette et Jean-François Battez.

Le concept de la Journée interrégionale du picard est né grâce à Alain Dawson et Olivier Engelaere, deux militants de la Fédération des associations pour la défense du picard dans le Nord-Pas-de-Calais (Fédération Insanne). En 2002, constatant que rien n'était fait par les pouvoirs régionaux et locaux pour sauvegarder la langue, ils ont lancé l'idée de fonder une "Maison du Picard".

Le député-maire de Saint-Amand-les-Eaux (Nord), Alain Bocquet, a fini par entendre leur demande, mais a estimé qu'il fallait d'abord organiser un colloque sur la question. La première journée interrégionale du picard s'est donc tenue, en 2005, à Wallers-Arenberg dans le Nord-Pas-de-Calais, et la deuxième, en 2006, à Amiens et Chaulnes, en Picardie.

Olivier Engelaere, qui est également directeur du département langue et culture de Picardie à l'office culturel régional, explique "qu'il va maintenant falloir déboucher sur quelque chose de concret, puisque le but était de développer un projet commun. On fera peut-être une annonce le 7 décembre".

Bruno Delmotte, animateur à la maison de la culture de Tournai, rappelle que "le picard est un patrimoine en danger. Autrefois, il y avait des préjugés tenaces, surtout dans les classes populaires : il fallait parler français pour s'élever dans la société. Maintenant, nous voulons montrer qu'il y a des moments où il faut parler français et d'autres où c'est mieux de parler picard".

Le picard fait partie de la langue d'oïl et est une formation multiséculaire du latin sur nos territoires. En Belgique, cette langue régionale est parlée dans trois quarts de la province de Hainaut (Tournaisis, Mons-Borinage et une partie de la région du Centre). Elle se différencie du wallon surtout par la phonétique. (Belga)