Hainaut Le premier échevin s’efface pour que le parti ne se divise pas en octobre.

Hervé Cornillie (MR) ne s’en était jamais caché. "Mon souhait est de devenir bourgmestre de Leuze."

Sauf revirement complet de situation, ce ne sera pas pour cette fois. Le premier échevin leuzois a décidé de se retirer de la campagne 2018, alors même qu’il devait occuper la tête de liste MR, une décision actée depuis juin. Une nouvelle qui a le don d’étonner. Mais Hervé Cornillie s’explique. "Jeudi dernier, lors d’une réunion, Lucien Rawart a fait comprendre qu’il allait créer une liste en quelque sorte dissidente. Or, dans d’autres entités, chaque fois que le Mouvement réformateur s’est présenté aux élections sans liste unie, il a perdu de fameuses plumes. Et je ne voulais pas que mon parti se présente en situation de faiblesse devant les électeurs en octobre prochain."

Derrière le même général

Depuis août 2015, Hervé Cornillie était privé de ses compétences échevinales pour avoir tenté de modifier la majorité en place (Idées-MR) au profit d’un autre attelage (MR-PS). "J’ai aussi cru comprendre que ma candidature poserait problème dans l’optique d’une nouvelle majorité Idées-MR qui se profile, d’après mes informations, du moins si le résultat électoral le permet. J’ai aussi indiqué aux nombreux militants qui me soutiennent qu’il ne fallait pas boycotter l’élection mais au contraire serrer les rangs autour de la seule liste MR qui se présentera donc au vu de mon retrait. Pour gagner une bataille, il faut que les soldats se rangent derrière le même général. C’est pour cette raison que je fais un pas de côté."

A 38 ans, Hervé Cornillie met donc son avenir politique entre parenthèses. "Mais je reste membre du MR. J’ai payé ma cotisation", sourit-il.

Quelque chose nous dit qu’on reparlera de lui à court voire à moyen terme.