Hainaut La distribution de colis alimentaires aux 450 familles va reprendre au 1er septembre.

Un plan B est mis en place dans la Cité du Doudou pour combler le vide laissé par l’arrêt du Resto du Cœur. La Ville de Mons a chargé le Relais social de Mons-Borinage d’assurer une coordination générale des services à destination des bénéficiaires restés sur le carreau. Au menu ? Distribution de colis alimentaires mais pas de repas chauds, ni de distribution de vêtements aux 150 familles fragilisées.

Une solution intermédiaire

En juillet dernier, les tentatives de conciliation entre la Fédération des Restos du Cœur de Belgique et l’association montoise ont échoué. Le différend les opposant fait suite à des manquements dans la gestion administrative et financière de l’ASBL. Le 16 août, le Resto ne reprendra pas du service !

Au total, ce sont 450 personnes fragilisées qui sont touchées par cette fermeture. La Ville a activé une solution intermédiaire via la création d’une structure temporaire, effective, au plus tard, le 1er septembre. "Nous ne pouvions pas rester sourds aux besoins de ces 450 personnes. Tout notre réseau de distribution de vivres est activé", précise Marc Barvais, président du CPAS de Mons.

Ce plan Best néanmoins conditionné dans le temps. De fait, dans les six mois, une nouvelle ASBL devrait être constituée et reprendre le label Resto du Cœur. "La structure est limitée dans le temps mais nous sommes à la disposition de ceux qui souhaiteraient relancer l’activité." D’ici là, la structure temporaire va assurer la mise à disposition des colis alimentaires via son réseau déjà actif. Manger sur place et recevoir des vêtements ne sont pas prévus. Seul, le Resto du Cœur de Mons proposait ce service.

Mise en place d’une structure temporaire

De son côté, la Fédération des Restos du Cœur a marqué son accord pour poursuivre les approvisionnements de vivres et collaborer à la mise en place de la structure temporaire. Le liquidateur, chargé de l’ancienne ASBL, a autorisé la mise à disposition du matériel existant, des dossiers sociaux des bénéficiaires et le stock de vivres. La Ville de Mons maintient quant à elle sa convention d’occupation des locaux et du matériel.

Le Relais social coordonnera le tout en reprenant à sa charge la récolte des vivres dans les magasins et l’approvisionnement de la structure provisoire. Enfin, le CPAS de Mons a lancé un appel à candidatures et entend engager, sous contrat à durée déterminée, un assistant social, un éducateur, un ouvrier et deux articles 60 pour renforcer la structure Soreal. Du personnel du CPAS pourra aussi compléter les rangs en fonction des besoins.