Hainaut Des NH-90 ont atterri sur un champ à Waudrez pour l’opération "Storm Tide".

L’opération Storm Tide se poursuit à Binche. Hier, 112 para-commandos ont été parachutés dans la campagne estinnoise. Durant la nuit, ils ont dû prendre le contrôle de différents bâtiments à partir desquels des civils seront évacués.

Pour rappel, l’exercice simule une intervention dans le Gomoubofa, pays africain imaginaire où une guerre civile a éclaté et où nos para-commandos doivent évacuer des ressortissants belges. Estinnes et Binche sont dans la pratique le terrain de jeu des soldats.

Et tout peut arriver durant cette opération Storm Tide. Après avoir sécurisé des postes d’extraction, des équipes ont ainsi été envoyées dans un champ à Waudrez mardi matin. Une poignée de ressortissants doit y être évacuée en hélicoptère NH-90. On parle même de blessés.

Le sergent-major Joe nous détaille le déroulement de l’opération. "Dans un premier temps, nous allons devoir apporter les premiers soins au blessé et stabiliser son état au sol, indique le para. Nous allons ensuite effectuer une reconnaissance du terrain pour permettre l’atterrissage de l’hélico. Des unités vont se positionner aux quatre coins du site de manière à prévenir toute attaque ennemie durant l’évacuation. L’hélicoptère a peu de temps pour agir."

Un groupe de civils est amené sur les lieux. Des personnes de la région qui avaient répondu à l’appel pour participer en tant que figurants à l’opération Storm Tide. "J’ai pris une journée de congé pour participer, explique Stéphane de Carnières. Ce n’est pas tous les jours que nous avons l’occasion de vivre de tels événements. C’est très excitant, mais je suis un peu stressé pour l’hélico."

Justement, aux alentours de onze heures, l’aigle de fer surgit et se pose dans le champ de Waudrez. Les civils embarquent très rapidement et l’hélicoptère reprend aussitôt son envol pour disparaître dans le ciel binchois. Mission accomplie.

Jusqu’à maintenant, l’opération Storm Tide semble bien se dérouler. Elle mobilise quelque 600 soldats à Binche, à Estinnes mais aussi à Nivelles et à la Côte belge.