Hainaut À l’approche des élections, les listes d’ouverture se multiplient dans la région.

Alors que l’échéance d’octobre arrive à grands pas, les partis présentent leurs listes dans les communes de notre région. Force est de constater que l’ouverture est de mise pour ce scrutin. Un signe de l’air du temps ?

Certes, la tendance n’est pas nouvelle. Dans certaines entités, on présente une liste du bourgmestre ou une liste d’Intérêts communaux d’élection en élection. C’est le cas au Rœulx notamment où la tradition est si bien ancrée qu’en conférence de presse, le bourgmestre Benoît Friart rechigne quelque peu à dévoiler les appartenances de ses candidats. Ainsi, sa liste mêle des libéraux, des humanistes mais aussi des candidats indépendants. Le mot d’ordre ? "Réunir ceux qui veulent œuvrer pour le développement du Rœulx en laissant les couleurs politiques de côté", nous confiait Benoît Friart.

Mais voilà qu’en 2018 , les traditionnels disciples de l’ouverture sont rejoints par de nouveaux adeptes. Les motivations varient. Dans certains cas, il s’agit de réunir les forces d’opposition pour tenter de déloger une majorité bien implantée. C’est le cas à Boussu par exemple, où Ecolo s’allie au CDH et au groupe citoyen C’BH pour former la liste Écho.

Pour d’autres, l’ouverture est avant tout destinée à miser sur les forces citoyennes. À Écaussinnes, le bourgmestre socialiste Xavier Dupont emmène ainsi une liste Vivre Écaussinnes où près de la moitié des candidats ne sont pas membres du PS. "Nous ne voulions pas nous attacher à des valeurs de droite, de gauche ou de centre, mais mettre l’accent sur le village", commentait Xavier Dupont.

Même tonalité citoyenne pour le Mons en Mieux de Georges-Louis Bouchez ou le MR-IC d’Olivier Destrebecq : rupture, forces vives et acteurs de terrain sont les maîtres mots.

Enfin, puisqu’en termes de sièges, il est plus intéressant de miser sur l’ouverture avant que la coalition après, certains partis annoncent déjà leur union. On pense évidemment au PS et à Citoyen à Mons, ou encore aux socialistes et au CDH à Hensies.

Bref, pour octobre 2018, les partis rebattent les cartes plus que jamais. Exit les traditionnels clivages. Et dans ce melting-pot politique, le citoyen est appelé à devenir un acteur de premier plan. Jamais mieux servi que par soi-même ?