Hainaut Très affaibli, le père a fait un malaise lundi après-midi.

Les vacances cauchemardesques se poursuivent pour la famille Timmermans, bloquée à Agadir (Maroc) depuis maintenant deux semaines. Leurs passeports ne leur ont toujours pas été remis, ils ne peuvent donc toujours pas reprendre le chemin de la Belgique. Suite à une bagarre générale, Daniel (le père) et ses deux fils, Nicolas (22 ans) et Corentin (16 ans) sont suspectés d’avoir porté des coups à un animateur de l’hôtel dans lequel ils résidaient.

Des accusations qu’ils démentent avec force mais qui les empêchent de revenir en Belgique. Marjorie (la mère), la belle-fille et la cadette de la famille sont rentrées comme prévu il y a quinze jours. Ce mardi, c’est d’ailleurs le onzième anniversaire de Louane, la cadette, qui espérait beaucoup passer cette journée avec sa famille réunie.

De Belgique , Marjorie a multiplié les appels à l’aide auprès des autorités. "Nous sommes toujours dans l’attente d’une main tendue", regrette-t-elle. "J’ai fait tous les ministères et ils me disent tous que ce n’est pas une affaire d’État et qu’ils ne peuvent donc pas intervenir. Heureusement, là-bas, une dame a été sensible à ce qu’il nous arrive et a décidé de les héberger."

Au Maroc, un avocat a été engagé afin de représenter les trois Binchois et tenter de faire avancer la situation. "Après avoir déposé sa plainte, l’animateur devrait remettre un certificat médical. Le problème est qu’il ne l’a toujours pas fait. Et sans ce certificat médical, la justice marocaine ne veut pas rendre les passeports."

Encore lundi soir , Marjorie espérait une bonne nouvelle, en vain. "L’avocat repassait pour la troisième fois devant le procureur, on espérait vraiment et puis encore une mauvaise nouvelle. Et dans l’après-midi, mon mari a fait un malaise. Ça a été un gros coup de panique. Je suis très inquiète, il a perdu beaucoup de poids, 9 kg !" Daniel a en effet des problèmes de santé antérieurs, même si cette mésaventure n’arrange rien.

Pour la famille Timmermans, la question de l’argent est au cœur de ce cauchemar survenu après neuf jours de vacances idylliques. "Nous sommes tous à bout. C’est une attente interminable. Il n’y a que dans les films qu’on voit des histoires comme ça. C’est un sac de nœuds que nous essayons de défaire, c’est très difficile et angoissant. Ce mardi, c’est l’anniversaire de notre fille. Elle ne comprend pas, nous non plus d’ailleurs. Son plus beau cadeau aurait été que son papa et ses frères soient revenus," a conclu Marjorie, la voix tremblante.