Hainaut

Ce week-end avait lieu la traditionnelle ducasse des Culants, à Deux-Acren (Lessines). Si l’événement s’est déroulé comme prévu et a connu le succès attendu, celui-ci a néanmoins été amputé, samedi soir, du cortège des "nègres".

Pour la première fois depuis qu’existe cette fête populaire mettant à l’honneur les géants du village, les organisateurs ont dû renoncer à faire sortir ce groupe folklorique évoquant la visite du roi Baudouin au Congo lors de l’indépendance sous le régime de Mobutu et dont les figurants sont déguisés en guerriers africains défilant sur des rythmes tribaux.

Défense des coutumes locales ou discriminatoire ?

En concertation avec les autorités communales et les services de police, le comité organisateur a préféré annuler cette parade à la suite d’une lettre dénonçant le caractère raciste de celle-ci.

Émanant du groupe antiraciste Bruxelles Panthères, le courrier polémique avait été adressé au bourgmestre de la cité de Magritte qui, par crainte de troubles à l’ordre public, a jugé plus sage d’interdire l’organisation de ce cortège jugé discriminatoire par les auteurs de la missive. Prônant la défense des coutumes locales dans un esprit de tolérance, Pascal De Handschutter s’est dit navré de devoir prendre une telle mesure face aux risques de débordement. En effet, le groupe antiraciste à l’origine de la controverse menaçait de se rendre à Deux-Acren en cas de maintien du cortège des "nègres" afin de sensibiliser les habitants et les participants à des pratiques que ses représentants assimilent au Blackface.

"Que des blancs se déguisent en noirs avec des colliers d’os et le tour des lèvres maquillé en rouge ne fait pas honneur à votre ville. Cette pratique raciste enseigne depuis cinquante ans aux enfants que les noirs sont des sauvages", déplorait notamment Bruxelles Panthères dans son communiqué qui a eu raison de cette tradition, au grand dam de la population locale.