Hainaut

Ce matin déjà, les rues binchoises étaient bondées.

L’édition 2016 était à peine terminée que les Binchois trépignaient déjà d’impatience pour vivre le carnaval 2017. Ce dimanche, l’excitation était donc à son comble dans les rues de la Cité du Gille. Les plus impatients s’étaient donné rendez-vous dès le matin pour assister à la première sortie des Gilles qui avaient, comme le veut la coutume, revêtu leur costume de fantaisie.


Épargnés par la pluie, ils ont pu animer la ville au son des tambours et des violes avant de rejoindre, vers 15 heures, la place Eugène Derbaix pour le traditionnel cortège carnavalesque. « L’ambiance est très bonne ! Nous avions un peu peur au niveau de la météo, nous avons hésité à venir jusqu’au dernier moment mais finalement, nous ne regrettons pas le déplacement », explique Jérome, un Montois arrivé à Binche vers 10h30.

Il est vrai que le ciel n’était pas des plus cléments pour ce premier jour de festivité. Mais il en faut bien plus pour décourager les Binchois pures souches ! « Qu’il pleuve ou qu’il neige, il n’est pas envisageable de louper la fête ! », confirme Jean-Marc, 54 ans. « Pour nous, c’est de loin le plus beau carnaval du monde. C’est un rendez-vous que l’on attend toute l’année donc le jour J, on en profite »


Cette année encore, les Gilles avaient placé la barre très haut. Les costumes de fantaisie, gardés secrets jusqu’à aujourd'hui, rivalisaient de couleurs et d’originalité. De quoi chasser le climat maussade et faire oublier, une journée durant,un quotidien parfois difficile. « Lorsque l’on vient à Binche, que ce soit pour un jour ou pour les trois jours gras, on oublie tout. Tout le monde vient pour une seule chose : faire la fête et profiter de cette ambiance unique », ajoute encore Jean-Marc.

À l'heure d'écrire ces lignes, aucun débordement n'était à déplorer. Il faut écrire que les services de sécurité sont sur le qui-vive et que les effectifs ont été renforcés pour assurer la sécurité des milliers de personnes qui viendront à Binche ces prochains jours.