Hainaut

La cause de cet effondrement n'est pas encore connue.

A n'en pas douter, la Fondation Mons 2015 avait rêvé meilleur réveillon de Noël. La partie centrale de la structure d'Arne Quinze s'est effondrée ce mercredi en fin d'après-midi. Pour l'instant, la cause de cet effondrement soudain n'est pas encore connue. Fort heureusement, aucun blessé n'est à déplorer.

Inauguré en grande pompe le 6 décembre dernier, "The Passenger" a perdu pied pile un mois avant la fête d'ouverture de Mons 2015. "Je montais la rue de Nimy avec une collègue", explique Razika Benaddi à nos confrères de La Dernière Heure, qui a vu la structure s'écrouler. "Nous étions justement en train de discuter de l'oeuvre quand nous avons entendu des bruits anormaux provenant de la structure. D'un seul coup, tout est tombé petit à petit". Une dame d'une soixantaine d'années se trouvait à proximité. "J'ai eu peur pour elle. C'est tombé juste à côté d'elle. Elle l'a échappé belle".

Du côté de la Fondation, c'est la consternation. " C'est un vilain cadeau de Noël ", réagit Philippe Degeneffe, président de la Fondation Mons 2015. " Je ne m'explique pas ce qu'il s'est passé. Sur la trentaine d'installations qu'il a faite dans le monde ce n'est jamais arrivé ". Et tous les calculs avaient été effectués. " Toutes les mesures de sécurité avaient été prises. Nous mènerons l'enquête et prendrons les mesures nécessaires en fonction des résultats de celle-ci ".

Arne Quinze, le créateur de "The Passenger" est arrivé quelques heures après la catastrophe. Il n'a pu que constater l'étendue des dégâts. "Je suis très ému", confie Arne Quinze. L'artiste a du mal à expliquer d'où provient la cassure. "Nous devons faire une étude car nous ne savons pas ce qu'il y a eu. Tout avait été calculé comme toutes mes installations". La justice devra maintenant faire son travail. "Nous voulons comprendre ce qu'il s'est passé". Toutes les pistes sont ouvertes, même celle de l'acte criminel.

Mais d'après certains témoignages, la structure poussait déjà sur les châssis du palais de justice. Il y a quelques jours, on leur aurait demandé de quitter leurs bureaux plus tôt. "Comme un arbre, une installation de bois vit toujours", poursuit Arne Quinze. Maintenant, la structure côtoie les fenêtre du palais. "Elle a touché la fenêtre car elle a bougé d'une dizaine de centimètres".

Mais l'artiste ne renonce pas à son oeuvre, The Passenger sera reconstruit prochainement. "Mon équipe est prête. Nous voulions déjà commencer ce soir mais nous devons attendre l'enquête judiciaire pour voir si cela a été fait par quelqu'un ou si c'est un problème de construction".

Du côté de la Ville, des mesures de sécurité ont été prises. "L'idée est sécuriser la rue de Nimy pour éviter l'accès aux voitures et aux piétons", explique Mélanie Ouali (PS), échevine des Travaux. "Le but est de protéger les citoyens. Nous allons gérer la situation comme nous le faisons tout le temps". Une déviation a été mise en place. L'année culturelle commence sur les chapeaux de roues.