Hainaut Les 4,5 millions d’euros nécessaires sont débloqués grâce au droit de tirage logé à l’Idea.

Le Plaza Art pourra bel et bien subir une rénovation complète et une remise aux normes de sécurité. La nouvelle est tombée ce jeudi matin, Valérie De Bue (MR), la ministre des Pouvoirs locaux, accepte de libérer les 4,5 millions d’euros nécessaires via un droit de tirage logé à l’Idea (grâce à la vente du câble). "La Ville de Mons pourra donc rénover le Plaza sur fonds publics, garantissant ainsi la préservation du caractère art et essai du cinéma", précise la Ville dans un communiqué.

Le bourgmestre Elio Di Rupo (PS) n’a pas tardé à réagir à cette nouvelle. "Je veux saluer la rapidité de la réaction de la ministre des Pouvoirs locaux dans ce dossier. Cette autorisation va nous permettre de lancer les opérations de rénovation au plus vite, dès le passage en conseil communal et désignation des entreprises. Nous pourrons aussi préserver l’âme du cinéma Plaza et l’activité de ceux qui y travaillent."

Le cahier des charges étant déjà rédigé, les travaux pourront rapidement débuter pour permettre au cinéma de rouvrir à l’aube de l’été 2019. "Après l’accord du conseil communal et un appel public pour désigner l’entreprise qui fera les travaux, la rénovation du Plaza Art pourrait commencer après les vacances d’été 2018."

La revente du câble de télédistribution

Pour rappel, le budget de 4,5 millions d’euros pour le chantier avait déjà été estimé suite à une première volonté de rénover le Plaza Art. "C’est en novembre 2016 que le conseil d’administration de Mons Rénovation (filiale de la Régie communale autonome, propriétaire des murs du Plaza) a approuvé le projet de rénovation complète du Plaza Art. Le CA décide d’introduire immédiatement un permis d’urbanisme qui a été délivré fin août 2017", détaille la Ville de Mons.

Elio Di Rupo s’était alors déjà tourné à l’époque vers le financement régional en négociant avec l’Idea pour étudier la possibilité d’utiliser le droit de tirage provenant de la revente du câble de télédistribution qui s’élève justement à quelque 4,5 millions d’euros. Il ne manquait plus que l’autorisation de l’administration régionale qui vient de tomber.