Hainaut Conserver un appareillage à la salle Abel Dubois coûterait 60 000 euros.

Le 14 mars 2018, le bourgmestre Di Rupo (PS) fermait le Plaza Art, le cinéma d’art et essai de Mons à la suite du dernier rapport "alarmant" du service incendie. Un vent de mécontentement, citoyen et politique, a forcément soufflé dans la cité du Doudou. Et pour cause, le lieu cinématographique est très apprécié. La rénovation complète, via une démolition quasi totale du bâtiment, est sur la table. Elle coûterait 4,5 millions d’euros et prendrait au minimum deux ans.

Le projet architectural a d’ailleurs été présenté, jeudi soir en commission, aux élus notamment ceux de l’opposition MR, Ecolo, Citoyen et PTB. Une réunion qui s’est plutôt bien déroulée compte tenu des enjeux en balance. Alors où en est-on ? "On progresse mais des inconnues subsistent", nous dit-on. Le plan alternatif reste ouvert, le conseil communal se prononcera certainement favorablement dessus au conseil communal.

Stopper le contrat de leasing

Cependant, ce que l’on sait pour certitude, c’est que le Plaza Art ne renaîtra pas avant au minimum deux ans. Car même si le volet administratif connaît un coup d’accélérateur, il faut compter 18 mois de travaux (sans les imprévus). Sur le volet financier, la ministre De Bue (MR) a donné son feu vert pour que la ville utilise son reliquat conservé à l’Idea à la suite de la revente de la télédistribution.

Les cailloux dans les chaussures communales résident plutôt sur la faisabilité (opérationnelle et financière) de poursuivre une programmation "art et essai", sans cinéma, en centre-ville et à moindres coûts. D’autant plus que l’ASBL qui gère le Plaza Art est à sec et que sans plan B, la Fédération Wallonie-Bruxelles ne libérera pas le subside octroyé via contrat-programme. Compliqué donc…

Dire que les projecteurs font sauter les plombs est un euphémisme. Il s’avère que les quatre projecteurs actuels sont fournis au Plaza via un contrat de leasing conclut avec une société parisienne. Et selon les estimations, pour stopper ce contrat (tout en conservant un appareillage pour la salle Abel Dubois), il faudrait débourser 60 000 euros.

Qui va prendre cela en charge ? "C’est encore difficile à dire, j’ai une réunion avec la société lundi après-midi", rétorque Jean-Paul Deplus (PS), président du CA du Plaza. "Il faut réintégrer une salle le plus vite possible. Notre financement auprès de la Fédération Wallonie-Bruxelles en dépend. L’espoir d’intégrer la salle Abel Dubois est bien réel. Là, nous pourrons y développer un vrai projet cinématographique, même si cette salle (290 places) ne suffira certainement pas." Un rassemblement de citoyens est, de nouveau, prévu ce mardi à Mons.