Hainaut

Le CHU Ambroise Paré connaît une expansion phénoménale. Les infrastructures ont doublé, ce n’est d’ailleurs pas terminé. Les patients et le personnel (plus de 1 200 personnes : NdlR) sont quotidiennement soumis aux aléas de la mobilité en centre urbain. L’hôpital public a déjà porté plusieurs projets pour tenter d’apporter des solutions de mobilité. Un nouveau parking, notamment celui situé au stade Tondreau, était même envisagé.

Pour l’heure, c’est un nouveau plan de mobilité spécifique à l’hôpital qui a été mis sur pied. Au programme ? Une offre de stationnement élargie, des navettes gratuites, du covoiturage et des vélos partagés. Ces nouvelles dispositions à l’attention du personnel de l’hôpital et des patients entrent en vigueur, le 1er juin, pour une phase test. "Ce plan avec diverses mesures a été discuté avec le personnel en partant du principe que nous devions répondre aux besoins de la plus large majorité du personnel ainsi que de nos patients", explique Stéphane Olivier, directeur-adjoint.

Deux parkings de dissuasion sont prévus, l’un du côté de l’aire de Saint-Fiacre (80 places) et l’autre du côté de la Sapinette (200 places). "Un système de navettes sera mis en place pour véhiculer les personnes jusqu’à l’hôpital. Ces navettes seront gratuites et seront organisées en fonction des différents horaires. Le nombre de navettes n’a pas encore été arrêté. L’idée est qu’après le test d’un mois, nous puissions organiser un roulement."

La direction encourage aussi le covoiturage

Ces parkings ont pour objectif principal de désengorger celui situé à l’avant de l’hôpital qui compte 370 places. "Actuellement, près de la moitié des places sont occupées par les membres de notre personnel, ce qui empêche l’accès aux patients et à leurs visiteurs. Cet accès ne sera désormais plus possible pour le personnel qui dispose toujours de celui à l’arrière de l’hôpital."

Une autre mesure encouragée par la direction concerne le covoiturage. "Certains le font déjà mais nous nous sommes rendu compte qu’il y avait un vrai potentiel. Une plateforme va donc être activée. Sept places de stationnement seront aussi réservées pour ces covoitureurs. Cela pourrait augmenter en fonction de la demande."

D’autres dispositifs en termes de mobilité douce sont prévus comme la mise à disposition de vélos et de vélos partagés. "Ce qui permettra aussi à nos collègues de circuler entre les différents sites de notre hôpital." D’ici le mois prochain, le plan sera mis en place et testé. A la mi-septembre, après évaluation, ce plan de mobilité spécifique sera affiné.