Hainaut Très attendues, elles seront dispatchées entre quatre casernes de la zone.

Depuis leur passage en zone, les pompiers de la zone Hainaut-Centre n’ont eu de cesse de dénoncer le manque ou la vétusté du matériel à leur disposition, y compris des ambulances. Les plaintes ont été entendues puisque la zone vient d’acquérir six nouveaux véhicules, qui seront dispatchés entre les casernes de Mons, La Louvière, Soignies et Chièvres.

"Nous avions un trou à combler entre notre passage en zone et l’héritage du charroi de l’époque. Les marchés lancés en son temps ont capoté pour des raisons purement administratives, il a donc fallu du temps pour les relancer, en prenant soin de respecter les règles de marché public", souligne Rudi Milhomme, commandant f.f. de la zone. "Aujourd’hui, nous comblons ce trou et continuerons de le faire puisque l’achat de quatre nouveaux véhicules est encore inscrit au budget 2017."

Les Rolls-Royce des ambulances

Après quoi l’investissement devrait être moins conséquent. "Nous ne serons plus dans des apports massifs, nous pourrons acquérir deux à trois ambulances par an et renouveler le charroi au fur et à mesure, ce qui entraînera des dépenses moins massives sur un court laps de temps." Car ces Rolls-Royce des ambulances ont un coût : 150 000 euros pièce.

"Elles sont équipées comme nous aurions aimé qu’elles le soient lorsque nous étions ambulanciers. Tout est prévu pour assurer la sécurité et pour faciliter le travail du personnel", insiste Yannick Van der Donckt, directeur logistique. Le matériel est donc pensé pour éviter au maximum de solliciter le dos des pompiers, grâce à des civières plus modernes disposant d’un système de glissières et de quatre roues directrices, permettant un passage dans les graviers, là où elles devaient auparavant être soulevées.

Du confort supplémentaire donc, mais également un gain de temps important pour les pompiers. "Nous nous dirigeons vers une standardisation du matériel. Un pompier de Soignies qui prendrait le départ à Quiévrain connaîtra déjà le matériel et ne devra donc pas se familiariser avec celui-ci. Les adresses communiquées par le centre 100 seront également encodées directement dans le GPS via le système, le personnel ne devra plus le faire avant de prendre la route", ajoute le directeur logistique. Un gain de temps évidemment bénéfique pour la population.

La zone de secours Hainaut-Centre avance enfin, petit à petit. "Nous avons tenté d’impliquer tous les partenaires dans la rédaction des clauses techniques. Nous espérons donc que l’outil satisfera aux attentes", conclut Rudi Milhomme. Le charroi trop vétuste sera quant à lui peu à peu déclassé.