Hainaut Le site deviendra le centre administratif du CPAS. Une quinzaine de services y prendront place.

Nous aménageons un centre administratif du XXIIe siècle pour le CPAS, en mettant le citoyen au cœur de la réflexion."

Vincent Palermo (MR) a donné le ton au moment de la présentation du projet d’aménagement intérieur de la Herseautoise, dont le chantier vient de débuter. Ce bâtiment, qui abritait autrefois une filature, accueillera le personnel du CPAS, sans doute dans le courant du premier trimestre 2019. Le site de la rue de Roucourt, devenu désuet, sera amené à trouver une nouvelle affectation. "Nous sommes en réflexion à ce sujet", a dit le président du CPAS. "Tout comme il faudra trouver une affectation à la partie de la Herseautoise que le CPAS n’utilisera pas. Mais nous avons des idées."

Développer les synergies

Cette partie devait être investie par la police mais l’affaire ne s’est pas conclue. Partie remise ? Quoi qu’il en soit, une attention particulière a été donnée aux espaces de bureaux et à l’accueil. "La notion de vivre-ensemble est très importante et ce centre administratif sera à la pointe, en respectant le citoyen et le personnel. Que ce soit au point de vue informatique, chauffage, sécurité et aménagement des espaces, tout a été fait pour développer cette culture d’entreprise et l’accueil du public. Personne, PMR ou gens avec enfants, n’a été oublié. Le chantier sera vivant et nous développons des synergies avec la présence d’ouvriers de la Ville et du CPAS, sans oublier des personnes qui y travailleront dans le cadre d’une réinsertion socioprofessionnelle."

Casser l’image monotone du lieu

Auteur du projet, l’architecte Luc Moulin a indiqué que le principal défi avait été de faire rentrer un maximum de lumière dans un bâtiment qui ne s’y prête pas forcément et dont l’aménagement extérieur avait été réalisé il y a quelques années déjà. "Nous, nous n’avions pas pour mission d’intervenir d’une quelconque manière sur l’extérieur. Le CPAS véhicule l’image d’un lieu assez monotone, pas agréable, avec des volumes rigoureux. Ici, nous avons conçu un village intérieur, composé de rues, en quelque sorte. Le système de cloisonnement a été prévu de manière à pouvoir revoir le fonctionnement intérieur si besoin. Il y aura deux entrées. Une, principale, pour le public et l’autre à l’arrière près du Ravel pour le personnel", a souligné Luc Moulin. "Et nous avons créé un espace de rencontre convivial et différent d’une cafétéria traditionnelle."

Une quinzaine de services abrités

Pas moins de 80 personnes et 14 services prendront place dans la Herseautoise. Le coût du projet se chiffre à 2 054 000 €, montant couvert par 1 154 000 € de fonds de réserve extraordinaire, 450 000 € d’emprunt à charge du CPAS et 450 000 € de subside extraordinaire provenant de la Ville.