Hainaut Après la théorie, les enfants ont été mis en situation.

Les jeunes têtes blondes de l’entité louviéroise sont désormais prêtes à circuler en toute sécurité sur la voie publique. C’est en tout cas l’objectif poursuivi par la quinzaine de la sécurité routière, organisée par la police locale de La Louvière et la Ville. Destinée aux élèves de 6e année primaire des écoles de l’entité, l’action mêle théorie et mise en pratique.

Une dizaine d’écoles, soit quelque 300 élèves, ont pris part à cette organisation. "Les enfants auront bientôt 12 ans, ils seront un peu plus autonomes et seront plus régulièrement amenés à circuler sur la voie publique. Il faut que cela puisse se faire en un maximum de sécurité", souligne Eddy Maillet, chef de corps de la police.

Etre mieux préparés

En trois ateliers, les élèves ont pu se familiariser avec les bases du code de la route. "Le cours théorique permet de revoir avec eux les grandes lignes avant qu’ils ne soient mis en situation via un circuit spécialement installé pour l’occasion. Je pense que le fait que le message soit donné par la police a une portée plus forte que s’il est diffusé par une ASBL ou le milieu éducatif." L’opération se veut dans tous les cas complémentaires aux actions menées par d’autres partenaires.

"Auparavant, deux agents étaient spécialement dépêchés pour aller dans les écoles et organiser ces ateliers de sensibilisation. Nos missions ont évolué même si la prévention reste l’une d’elles. Nous avons simplement revu notre façon de faire, ajoute encore Eddy Maillet. C’est aussi l’occasion pour nous de parler de notre métier et, pourquoi pas, de susciter des vocations. Les élèves viennent dîner au bureau de police et peuvent poser leurs questions, découvrir notre matériel…"

Si le code de la route semblait encore être un mystère pour certains jeunes, ils devraient au moins être mieux préparés à affronter la circulation et ses dangers. "Mises bout à bout, toutes les actions menées par la police, par les ASBL, par les écoles… donnent aux jeunes les meilleurs atouts pour être conscients des dangers de la route. Le risque zéro n’existe pas mais il est indispensable de faire en sorte qu’ils soient préparés afin d’être en sécurité lorsqu’ils se promènent", a pour sa part insister le bourgmestre, Jacques Gobert (PS).