Hainaut

Avec une pluie d’avant-premières et une flopée d’acteurs, de réalisateurs et autres, le Ramdam festival frappe fort pour sa seconde édition. Très fort même, puisque le festival du film qui dérange à Tournai recevra en guest star, pour la clôture du festival, l’acteur américain Adrien Brody, oscarisé pour sa performance dans "Le Pianiste" et en compétition au Ramdam avec le film "Detachment".

Lancé l’an passé, le Ramdam festival veut confirmer sur sa lancée. Ce partenariat regroupant Imagix, la Maison de la Culture, NoTélé, la ville de Tournai et le conseil de développement de Wallonie picarde a fait part de sa sélection pour le Ramdam, qui fera du bruit entre le 17 et le 24 janvier à Imagix Tournai.

"Et il s’agit presque exclusivement d’avant-premières en Belgique", se réjouit Jena-Pierre Winberg. "Ce ne sont même que des avant-premières pour les fictions", renchérit Valentin Huvenne pour la Maison de la culture.

Il y aura huit fictions, sept documentaires, et cinq films pour la rétrospective. De nombreuses sphères ont été abordées : l’enseignement, la prostitution, le handicap, la finance, la religion, l’euthanasie

Du côté des fictions tout d’abord, le festival débutera le mardi 17 janvier avec la projection du film "Sleeping Beauty", en présence de la réalisatrice australienne Julia Leigh et de la marraine de la 2e édition du Ramdam festival, l’actrice belge Lubna Azabal, présente l’an passé à Tournai pour "Incendies".

Les jours suivants, les festivaliers pourront assister à la diffusion de "Skoonheid" d’Olivier Hermanus (présence d’un scénariste), "Detachment" de Tony Kaye, "Circumstance" de Maryam Keshavarz (présence de la réalisatrice et de l’actrice Sarah Kazemy), "Margin Call" de JC Chandor, "Elles" de Malgorzata Szumowska (présence de la réalisatrice), "Tot Altijd" de Nic Balthazar (présente de l’équipe du film) et "Tyrannosaur" de Paddy Considine (présence du producteur).

Du côté des documentaires, six films ont été choisis : "The Revenge of the Electric Car" de Chris Paine, "Les Nouveaux Chiens de Garde" de Gilles Balbastre et Yannick Kergoat, "L’affaire Chebeya, un crime d’Etat ?" de Thierry Michel, "Nobody’s perfect" de Niko Von Glasow, "My Barefoot Friend" de Seong-Gyou Lee et "Tears of Gaza" de Vibeke Løkkeberg.

Il y aura égalements des intervenants pour presque chaque documentaire. D’ailleurs, il faut rappeler que chaque film sera suivi d’un débat, comme cela se fait lors du cycle Art&Essai.

Côté rétrospectives, on retrouve "Le rendez-vous des quais" de Paul Carpita, "Déjà s’envole la fleur maigre" de Paul Meyer, "Portier de nuit" de Liliana Cavani, "De bruit et de fureur" de Jean-Claude Brisseau, et "Rundskop" de Michael R. Roskam.

La première édition du Ramdam avait attiré 4 000 festivaliers. Le commissaire général du festival, Eric Derwael, en espère le double pour cette année.