Hainaut

L'événement change de dates et accueillera de nouveaux pays

Inutile de prendre l'avion et de partir loin pour être dépaysé. D'ici quelques mois, du 18 au 25 juin, le Festival Mondial du Folklore (FMF) s'installera à Saint-Ghislain pour la 35e fois. Rendez-vous incontournable pour les amateurs de musiques, de chants et de danses traditionnelles, l'événement se prépare et réserve quelques surprises.

« La grande nouveauté et le grand défi de cette édition 2018, c'est le changement de dates ! Nombreux sont ceux qui s'interrogent sur nos motivations. Il est évident que lorsque l'on fait venir des troupes du continent américain, africain ou asiatique, ce n'est pas pour huit jours. Ils se déplacent dans le cadre d'une tournée », souligne Daniel Coustry, président.

Jusqu'ici, l'organisation du FMF se calquait sur les dates du festival de Reims, début juin donc. Mais l'an dernier, elle s'est retrouvée en difficulté. « Le festival de Reims n'a pas eu lieu alors que de notre côté, plusieurs groupes étaient confirmés. Nous nous sommes retrouvés avec d'importants problèmes de planning. Cette année, nous avons décidé de prendre les devants en organisant notre festival sur les dates initiales du festival français. »

Ce qui permet à Daniel Coustry d'innover. « Ce changement de dates nous donne la possibilité d'accueillir de nouveaux pays. C'est le cas des États-Unis, de l'Uruguay et du Rwanda. Au niveau des écoles, ce sera un rien plus difficile puisque certaines seront encore en examen. Mais dans l'ensemble, nous avons déjà eu beaucoup de retours positifs. Nous pourrons aussi compter sur de nombreux bénévoles. »

Après 35 ans d'existence, le festival peut compter sur le soutien d'un public fidèle et déjà conquis. Mais l'organisation n'entend pas se reposer sur ses lauriers. « Il est important de se renouveler, de proposer des nouveautés. Certaines familles d'accueil demandent à ce que certaines troupes reviennent car des relations naissent de ces échanges. Mais nous ne pouvons pas systématiquement fait venir les mêmes pays. »

Au risque de tomber dans la monotonie et de perdre les deux éléments clés de l'événement : la diversité et la découverte.