Hainaut

Depuis le sauvetage de la gobeleterie en juin dernier par Herman Green, les 200 travailleurs vivent le cœur léger et l’esprit tranquille. C’est désormais au nouveau patron néerlandais de passer à l’action avec la mise en place de son plan de reprise.

Deux objectifs

A ce propos, le député wallon François Desquesnes (CDH) a rencontré Herman Green lundi dernier. "D’ici la fin de l’année, les autorités publiques et la Région wallonne devront marquer leur accord sur ce schéma de reprise présenté par Herman Green afin de tout mettre en œuvre pour que cela réussisse", débute le député local.

Cette entrevue entre les deux hommes avait deux objectifs bien précis : discuter de la situation actuelle de l’entreprise et évoquer le dossier de la relocalisation dans une nouvelle usine. "Pour le premier volet, Herman Green désire recentrer les activités. Le cadre clair est de travailler pour le secteur Horeca, pour tout ce qui est catering et également pour le monde des brasseries. Il souhaite se concentrer sur les petits et moyens marchés, dans un secteur qui s’étend à l’Europe du Nord-Ouest."

Le but étant d’aller chercher un marché de niche et de proposer des services que n’ont pas les grandes verreries étrangères. "Durobor peut être très réactif face à des commandes très précises et le tout dans un temps très court. C’est là-dessus que le nouveau patron veut miser", poursuit François Desquesnes.

Deux sites sur les rails

En toile de fond, les repreneurs sont aussi en pleine réflexion pour la construction de la nouvelle usine qui doit voir le jour en 2019. "Comme la gobeleterie s’est agrandie morceau par morceau, l’agencement n’est plus optimal pour les nouvelles techniques de production. Il faut donc une nouvelle usine", justifie-t-il.

Deux sites se disputent toujours le gros lot. "M. Green hésite encore entre le zoning de Soignies et celui de Strepy. La décision sera prise pour le mois de décembre au plus tard. La prochaine étape est d’étudier le projet avec les architectes, les techniciens et Idea."