Hainaut Le manque de bénévoles dans les bibliothèques empêche de larges heures d’ouverture.

Le groupe Ecolo s’interroge sur le fonctionnement des bibliothèques, et surtout sur le réseau des bibliothèques libres. Certaines ont été reprises par la Ville de Tournai.

"Le réseau des bibliothèques libres a subi une réforme en termes de financement par la Fédération Wallonie-Bruxelles, ce qui met à mal leur fonctionnement", explique la cheffe de file Ecolo Coralie Ladavid. "Or, il s’agit d’un véritable outil d’accès à la culture et de rencontres intergénérationnelles. C’est également un outil pédagogique important pour les écoles des villages et Tournai ayant de nombreux villages, elle ne peut pas se contenter d’une bibliothèque centralisée."

De moins en moins de bénévoles

Coralie Ladavid s’interroge ainsi, par exemple, sur les nouveaux horaires d’ouverture de la bibliothèque de Kain, transférée temporairement dans les locaux du district avant de repartir sur le site de la piscine de Kain, après la réalisation de travaux. "Elle a le taux de fréquentation le plus élevé mais on passe de quatre jours d’ouverture à un seul jour, le mercredi après-midi."

Et la cheffe de file Ecolo de poser quelques questions au collège. "S’il est peut-être difficile de garder l’offre de service initiale étant donné la diminution des subsides, n’est-il pas judicieux de penser à d’autres solutions pour certains villages, comme faire appel au bibliobus, à des bénévoles ? Ne pourrait-on pas détacher du personnel de la bibliothèque centrale dans les villages ?"

La réponse émane de l’échevin de la Culture, Tarik Bouziane (PS). "Le collège communal a décidé, même s’il pouvait aussi ne pas le faire, de reprendre cinq des sept bibliothèques du réseau libre. La majorité de ces infrastructures sont aujourd’hui logées dans des structures communales. Beaucoup de bibliothèques fonctionnaient grâce à des bénévoles et nous en avons de moins en moins. Nous avons onze bibliothécaires de la Ville qui doivent assurer l’ouverture de neuf bibliothèques, avec l’aide de sept bénévoles."