Hainaut Des enfants issus d’un centre pour jeunes placés par le juge ont monté un projet avec des aînés.

A l’entrée de la maison de repos Jeanne d’Arc à Tournai, des enfants dirigent les visiteurs ce mercredi soir. C’est le vernissage d’une exposition, la clôture d’un projet mené par l’ASBL Agy s’ont, une association qui lutte contre l’exclusion des seniors et réalise des projets intergénérationnels, le centre d’hébergement le Minerai à Tournai qui accueille des enfants de 8 à 13 ans placés par le juge, et la maison de repos Jeanne d’Arc. Le thème de l’exposition : la photo.

Rencontres

"C’était sur base volontaire et ceux qui ont accepté le projet, sept jeunes et une quinzaine d’aînés, se sont rencontrés une fois par mois pendant un an pour évoquer l’évolution de la photo au fil des années", explique Violine Langlais, coordinatrice de l’ASBL Agy s’ont. "Les seniors ne sont pas forcément tous réceptifs au début. Certains ne veulent pas d’ailleurs participer", note Imane Es-Sadki, directrice de la maison de repos. "Mais une fois qu’ils sont lancés, ils ne veulent plus que ça s’arrête."

"Les juniors et les seniors vivent une situation quelque peu identique", analyse Thierry Tricot, chef d’unité du Minerai. "Personne ne va de gaieté de cœur dans les maisons de repos ou dans un centre d’hébergement comme le nôtre. Et tous vivent en collectivité. Seulement, certains terminent leur vie, d’autres la commencent."

"Ce type de projet permet aux uns et aux autres de sortir du quotidien. Les aînés se sentent utiles en transmettant des choses et les plus jeunes se sentent également utiles en créant de l’animation", soulignent Violine Langlais et Thierry Tricot.

Les rencontres se sont terminées avec une séance de photos, avec l’aide du photographe Vincenzo Chiavatta de la Province du Hainaut, où les jeunes et les aînés ont joué avec la notion du temps. Ils ont ainsi parfois posé devant l’appareil photo de manière figée, comme cela se faisait il y a 75 ans.

Leur remonter le moral

Parmi les participants, il y a Germain Deron, un Tournaisien locataire de la maison de repos Jeanne d’Arc depuis un an et demi. "Cela ne m’intéresse pas de rester seul dans ma chambre. La moindre animation, je saute dessus pour y participer. Cela permet de passer le temps et on distrait tout le monde en se distrayant soi-même. Cela m’amuse. Mais il faut dire que j’ai de la chance que je sois encore bien pour mon âge. J’ai 93 ans, il va falloir l’abattre…"

"Et puis", poursuit-il, "certains jeunes n’ont pas de confiance en eux. Alors, on leur remonte le moral, on leur donne des conseils."

Germain Deron s’est d’ailleurs lié d’amitié avec un jeune du Minerai, Maxime, qui a pris le micro lors du vernissage, simplement pour dire "merci à Monsieur Deron".

André, 12 ans, participe à toutes les activités autant que possible. Avant celle sur la photo, il avait pris part à d’autres activités avec les personnes âgées de la maison de repos, comme la fabrication de nichoirs, la réalisation de citrouilles pour Halloween, des après-midi passés à jouer aux jeux de société… "J’ai tout de suite accepté ce projet sur le photo. Le thème est sympa et puis, les personnes âgées sont gentilles. En plus, l’endroit est sympa. J’aime bien jouer à la console de jeux mais s’il faut aller voir les personnes âgées, je suis le premier à abandonner la console."

Mon amant de Saint-Jean

Dans le couloir du home où sont présentées les photos, les jeunes et les résidents présentent leur travail aux familles des résidents, aux autres résidents et aux autres jeunes qui n’ont pas participé à l’activité.

"Je suis triste que cela s’arrête", lâche André alors qu’au bout du couloir, une résidente se met à chanter Mon amant de Saint-Jean. "C’est fini de draguer le journaliste", plaisante alors une infirmière.

Le vernissage se termine. Juniors et seniors affichent un large sourire. Tous ont hâte de prendre part à un autre projet.