Hainaut  Le MR, qui dénonce le projet, craint le repli sur soi de la communauté musulmane louviéroise.

C’est avec "une véritable stupéfaction" que le MR louviérois a pris connaissance du projet de construction d’une mosquée, ou plutôt "d’une véritable micro-cité communautaire", à Saint-Vaast, rue Émile Urbain. Les réformateurs se disent favorables à la construction d’une nouvelle mosquée, en remplacement de l’ancienne, devenue trop petite et trop vétuste, afin que les musulmans puissent disposer d’un lieu de culte, mais s’opposent au projet privé dans sa forme actuelle.

Il est vrai que l’ASBL ACATTRC, à l’initiative, prévoit la construction et l’exploitation d’espaces polyvalents cultuels et socioculturels, d’une salle des jeunes et d’une salle des anciens, de neuf logements avec chaudières individuelles, d’une chambre froide mortuaire et d’une zone de parking pouvant accueillir 134 véhicules. Un minaret d’une hauteur de vingt mètres serait également à l’étude.

Le MR monte au créneau

Le projet sera prochainement soumis à enquête publique et devra obtenir un avis favorable des fonctionnaires de la Région wallonne pour voir le jour.

Ce qui ne ravit ni Olivier Destrebecq, chef de file du MR, ni Michel Bury, président du MR louviérois. "Nous avons été interpellés par des citoyens inquiets. Il ne s’agit pas de faire de ce projet un dossier politique ou électoraliste. Certainement pas. Mais nous pensons qu’il est surdimensionné et qu’au moment où l’on parle d’intégration, de mixité et de respect de l’autre, le message envoyé n’est pas le bon", commente Olivier Destrebecq.

"Il va à l’encontre de la bonne intégration de la communauté musulmane dans le tissu louviérois, puisqu’il ne porte pas tellement sur la construction d’une mosquée mais d’un espace où la communauté risque de se replier sur elle-même. Dans la perspective du vivre ensemble, cette ghettoïsation n’a pas sa place dans notre commune. La Ville doit promouvoir toutes les initiatives qui renforcent l’intégration et refuser celles qui impliquent le repli sur soi des différentes communautés."

D’autres pistes

Le conseiller communal propose d’autres pistes de réflexion : "La Louvière compte de nombreuses églises dont certaines sont trop souvent vides. Désacraliser l’une d’elle en vue de la transformer en mosquée serait un formidable signe d’ouverture qui rencontrerait les besoins de la communauté musulmane. Cela s’est déjà fait ailleurs, notamment à Istanbul, et, plus récemment, en France. Cela permettrait en plus d’assurer l’occupation d’un bâtiment dont la vacuité risque d’entraîner la dégradation."

Rien ne dit cependant que l’idée trouvera écho auprès de l’ASBL, que nous ne sommes pas parvenus à contacter hier.