Hainaut

Tout a été envoyé à l’urbanisme, à Mons. On attend maintenant la réponse pour démarrer", explique Eddy Sory, président de la société de logement du Logis tournaisien.

C’est donc bientôt parti pour l’extension du quartier du Maroc, là où furent construits les tout premiers logements sociaux de Tournai, en 1923.

Ce projet de lotissement est situé sur un terrain en triangle formé par le Vieux chemin d’Ere (à l’arrière des maisons existantes), la rue Roméo Dumoulin et la rue Mullier. Les 283 logements du quartier du Maroc vont d’abord accueillir 35 autres maisons de type moyen et destinées à la vente. Un élément essentiel pour la mixité sociale puisque tous les logements actuels du quartier sont de type social.

Ensuite, 33 autres maisons seront construites dans une seconde phase. La majorité d’entre elles partiront à la location. Il y aura également une maison communautaire pour le Service d’aide à l’intégration sociale (SAIS). L’espace sera en zone 30 et une placette ainsi que des places de stationnement sont prévues.

Début 2011, sauf gros problème, les voiries pour la première phase seront dessinées. Quant aux maisons, "nous sommes dans la phase où il s’agit de désigner l’architecte. Nous avons reçu plusieurs propositions et nous devons donc choisir", remarque Eddy Sory. "La construction des premières maisons devrait commencer dans le courant de l’année 2012."

Le projet d’extension du quartier du Maroc avait été lancé alors que la demande d’achat de logement de type social ou moyen était importante. "C’est moins le cas maintenant", indique le directeur du Logis tournaisien. "La crise est passée par là et les gens sont maintenant plus méfiants quant à leur avenir socioprofessionnel."

L’installation des nouveaux habitants apportera également un coup de jeune au plus vieux quartier de logement social de Tournai. "C’est le plus gros projet de lotissement du Logis tournaisien depuis 15 ans", remarque encore Eddy Sory, qui a fort à faire avec la multiplication des projets de grande ampleur, à l’instar de la rénovation des églises Sainte-Marguerite et la Madeleine. "Ces projets n’éclipsent pas le fait que l’on doive entretenir notre parc locatif. C’est d’ailleurs notre priorité première. Depuis 2002, 37,5 millions d’euros ont été utilisés pour l’entretien", conclut Eddy Sory.