Hainaut Les dépenses de campagne communale et provinciale sont régies par la loi.


Les maxima autorisés de dépenses électorales viennent de paraître au Moniteur belge. Ces plafonds évoluent en fonction de la population d’électeurs : dans les arrondissements de Charleroi et Thuin, ils varient entre 98.733 euros à Charleroi et 5.015 à Froidchapelle pour les listes. Dans 18 des 22 communes de ce bassin de vie, le montant que les candidats ont le droit d’exposer à titre personnel est de 1.250 euros, il augmente quand le nombre de citoyens appelés à voter dépasse les 15.000. Ces sommes sont cumulables, si bien que l’ardoise pourrait atteindre les 400.000 euros en métropole.

"Dans les faits , on en est loin", selon le secrétaire fédéral du PS carolo Laurent Pham. "Pour la simple et bonne raison que chacun investit dans sa campagne selon ses moyens. Certains n’y consacrent que 200 ou 300 euros."

Les règles des dépenses des candidats sont fixées au centime près

À Charleroi, chaque candidat PS reçoit un kit comprenant 5.000 flyers, 1.000 affiches personnelles doubles avec la tête de liste et 2.000 cartes de visite : le matériel correspond à 15 % de droits de dépenses individuelles, soit un budget d’un millier d’euros pris en charge par le parti. "Par contre, c’est sur leur cassette personnelle que les candidats financent leurs autres actions de campagne."

Les montants engagés par la liste le sont généralement pour la conception et l’impression des programmes de mandature, ainsi que les dépliants de présentation de l’équipe. Mais aussi en soutient du candidat de tête qui "incarne" le projet. Toutes les listes petites ou grandes sont soumises au respect des mêmes règles.

A posteriori, la commission de contrôle des dépenses de la région wallonne s’assure de la conformité des comptes : les infractions sont passibles de sanctions, elles peuvent aller jusqu’à l’invalidation de l’élection et la perte du mandat. Le suppléant est alors invité à siéger.

© IPM