Hainaut

Le projet Tilt a vu le jour il y a 6 ans. Il a été propulsé par l’ASBL Choq, basée à Tournai, et œuvrant pour la mise sur pied de projets visant à assurer le développement socio-économique de la Wallonie picarde.

Avec Tilt, des élèves de primaire vont visiter une entreprise de la région, pour y "déceler, au travers de la pédagogie de l’étonnement, une situation insatisfaisante, et ensuite imaginer une solution innovante". Des outils sont mis à disposition dans une valise pédagogique pour accompagner les enfants tout au long du processus.

Fiches "beurk" et "waouw"

"Lors de la visite de l’entreprise, les enfants travaillent en groupe à partir de fiches ‘beurk’ et ‘waouw’", présente Philippe De Coninck, bénévole au sein du comité de pilotage de Tilt.

"Les ‘beurk’ qui reviennent le plus souvent deviendront les pistes à exploiter. Par exemple, les élèves ont eu l’occasion de goûter du café chez Storme, et ils ont relevé qu’il n’y avait pas de lieu prévu pour le déguster."

Ces pistes, les élèves sont amenés à les emprunter pour apporter des améliorations qui seront ensuite présentées à l’entreprise. "On est parfois étonnés par l’œil critique des enfants" , explique Francis Walcarius, directeur général à Mouscron. "L’objectif est aussi de susciter l’intérêt des enfants, et pourquoi pas des vocations dans le domaine de l’industrie."

Et les entrepreneurs sont parfois impatients d’entendre les avis des enfants. "Ils sont ouverts à entendre tout et n’importe quoi et, peut-être qu’il en ressortira une idée géniale !", estime Philippe De Coninck.

L’entrepreneur doit ensuite choisir une proposition pour la réaliser. "Nous prenons alors contact avec des écoles secondaires ou supérieures." Ce sont elles qui seront chargées de réaliser le projet.

D’un point de vue purement pédagogique, Tilt permet d’aborder diverses matières scolaires. "On est dans l’interdisciplinarité, on est dans du concret", assure Philippe De Coninck.

Cette année, le projet compte neuf collaborations école-entreprise sur le territoire de la Wapi, et s’étend dans les régions de Mons et du Centre avec quatre autres projets. Le processus est déjà enclenché, avec les visites d’entreprises qui auront lieu cette semaine.


Un prix comme coup de boost

Depuis son lancement en 2013, le projet Tilt a pris du galon et voit de plus en plus grand. Pour développer ses ramifications avec d’autres acteurs, quoi de mieux qu’un prix ? La semaine dernière, l’équipe de Choq et les bénévoles ont fait le déplacement à Paris pour la remise des Prix de l’innovation pédagogique. Tilt faisait partie des dix concepts nominés parmi des projets venus des quatre coins du monde, et il a été plébiscité par le public. "C’est très valorisant d’être le coup de cœur du public", admet Philippe De Coninck. "C’est presque plus flatteur, car ça montre le soutien reçu par toute une série de personnes qui ont lu le descriptif et ont laissé des commentaires. Ce prix n’est pas un couronnement en soi, mais c’est un plus pour se faire connaître." Les bénévoles et l’ASBL n’entendent pas non plus se reposer sur leurs lauriers. La prochaine étape, qui est déjà en cours, est de finaliser une valise pédagogique numérique afin de "dématérialiser" le concept. Un pas en avant supplémentaire pour tenter son extension en Fédération Wallonie-Bruxelles et au-delà des frontières.