Gazette de Liége

Architecte liégeois, vous avez conçu le Mosae Forum. Racontez-nous un peu comment cela s'est passé.

Notre bureau a remporté le concours en 1994. Nous avons fait équipe avec l'urbaniste Jo Coenen, déjà auteur du "stadplan" de plusieurs villes des Pays-Bas. Réunir sur un même site habitat, travail, commerce et parkings, c'est ce qu'on nous a demandé.

La difficulté, c'était d'opérer dans le centre ancien, en liaison avec des quais de Meuse redevenus piétons. C'était tout différent en banlieue d'Amsterdam ou sur les friches du quartier Céramique, où j'avais déjà signé des immeubles d'appartements.

Comment s'est passée la collaboration avec les Néerlandais ?

L'architecte a besoin de maîtres d'ouvrage intelligents. La réussite, ce fut ce partenariat gagnant entre le promoteur 3W et la Ville. Elle avait le terrain. Un chancre. Elle dispose aujourd'hui de nouveaux bureaux, mais le promoteur bénéficie du flux. Il a aussi senti toute l'image positive du mariage entre l'ancien et le moderne.

Il fallait néanmoins réussir le passage. J'ai conçu un surplomb sur les façades anciennes que l'îlot préservait et j'ai proposé quatre hauts "parapluies" de 13,5 mètres de haut, en sapin, soutenant une verrière perçue comme une "chambre d'accès", un cube, en oblique vers les galeries.

Vous regrettez de ne pas être plus présent sur Liège ?

J'ai collaboré au campus du Sart Tilman, j'ai réalisé les HEC (l'école de gestion) et un des côtés de la place Saint-Lambert. Mais aux Pays-Bas, à trente kilomètres, c'est vraiment une autre culture : là, on trouve que c'est bien que les gens se sentent honorés. Centre communal accueillant, caves intimistes du XVIIe siècle, escalators irréels des parkings, traversés de tubes au néon.

Les architectes liégeois sont reconnus à Maastricht : la passerelle des deux rives fut la dernière oeuvre de René Greisch. Charles Vandenhove continue d'aménager Céramique. C'est vrai, quand je vois Maastricht, je regrette de ne pas construire plus à Liège. Mais j'ai un projet de grande verrière sur l'îlot Saint-Michel.