Gazette de Liége

Comment conciliez-vous vos différentes occupations à l'école, en politique, au Conseil national des sports... avec une vie familiale ?

D'abord, j'écoute systématiquement tous mes messages, puis je note beaucoup et j'arrête les priorités. Je gère ici à l'école d'éventuels conflits le matin. Il m'arrive d'être à un endroit et excusé à trois autres. J'ai aussi de très bons collaborateurs. Mais je veux être à l'écoute de toutes les demandes. Je bénéficie aussi d'une très bonne santé. Enfin, le contexte familial est très important. J'ai une épouse fort active aussi en gymnastique et en natation synchronisée. Moi, je suis tout le temps sur des projets avec des gens dynamiques en sport, en politique et ici à l'école. C'est enrichissant et enthousiasmant.

Comment un professeur d'éducation physique peut-il diriger une école d'hôtellerie ?

J'ai été professeur d'éducation physique pendant 15 ans. Puis détaché pendant 3 ans à l'administration de l'enseignement des Provinces et Communes à Bruxelles. J'en ai profité pour suivre des cours de promotion sociale pour être directeur. Ici, à l'école à trois degrés, pour être directeur, il faut être universitaire. L'échevin de l'Instruction publique m'a demandé voici 17 ans de poser ma candidature. Et...

L'école fête ses 80 printemps. Exigeante, elle offre des débouchés à ceux qui en sortent...

Parmi toutes les formations de bouche que nous assurons, il y a celle de boucher, un des métiers les plus recherchés en Wallonie. L'école est toujours en mutation et son dynamisme fait plaisir à voir. Ce samedi, nous voulons entrer au Guiness Book des records en réalisant 8000 crêpes, le record étant de 900. Je serai avec eux, le sportif aime relever ce défi. Nous avons acheté 60 poêles et on se relaiera toutes les 2 heures. Beaucoup de crêpes ont trouvé acquéreurs en prévente, mais on en vendra en ville, à la présentation des coureurs de Liège-Bastogne-Liège... (T.D.G.)