48 fusillés à la Chartreuse liégeoise

LILY PORTUGAELS Publié le - Mis à jour le

Gazette de Liége

CHRONIQUE

Cette année 2004 est particulièrement propice aux célébrations d'anniversaires qui ont trait aux deux grands conflits mondiaux du XXe siècle. Il y a eu le soixantième anniversaire du débarquement du 6 juin 1944. Il y aura l'anniversaire (le 60e également) de la libération de Liège en septembre 1944 et pour la même année, le début du tragique épisode des V 1 et V 2. Pour la première guerre, c'est en août 1914 que se déroula la Bataille de Liège avec l'héroïque résistance des forts de Liège.

Dimanche à la Chartreuse

Plusieurs manifestations sont prévues pour évoquer cette tranche dramatique de l'histoire liégeoise à l'intérieur de la dimension mondiale que prirent ces deux conflits.

Outre une remarquable brochure (1) et une exposition à voir absolument (jusqu'au dimanche 26 septembre au Mémorial Interallié de Cointe), une cérémonie est prévue ce dimanche 11 juillet sur le site du Bastion des Fusillés de la Chartreuse. Chaque année, la Société Royale «Le Bastion de Liège» (créée en 1921), organise deux manifestations qui ont pour but d'entretenir le souvenir d'agents de la Résistance. En janvier c'est à la figure emblématique de Waltère Dewé que l'on rend hommage dans la petite chapelle qui lui est dédiée au Thier à Liège. En juillet c'est le souvenir des héros des réseaux de renseignement de la «Dame Blanche» et «Clarence» qui est évoqué.

A l'occasion du 90e anniversaire de la Bataille de Liège, la cérémonie du 11 juillet prend une dimension particulière. En 1914, à l'initiative d'un jeune industriel liégeois, Dieudonné Lambrecht, est créé un réseau de renseignements. Il s'agissait d'organiser à l'intention de la section «Intelligence» du GQG (Grand Quartier Général) britannique, la surveillance des mouvements de troupe et du trafic ferroviaire.

Dieudonné Lambrecht mit un réseau en place, assurant souvent lui-même le transport des renseignements en Hollande (en 14-18, les Pays-Bas n'étaient pas en guerre).

Arrêté le 25 février 1916 à Liège, il est fusillé le 18 avril 1916 (il avait 34 ans) à la Chartreuse. Son parent, Walthère Dewé, reprit le réseau qu'il baptisa «La Dame Blanche». C'est lui aussi qui le remit sur pied lors de la guerre 1940-45. Ce grand résistant des deux guerres fut abattu par les Allemands, le 14 janvier 1944, à Ixelles.

La manifestation de ce 11 juillet se déroulera en présence des deux petits-fils de Dieudonné Lambrecht, M.M. Philippe et Michel Gillard. Ce dernier, bien connu dans la vie économique liégeoise, est l'administrateur délégué de la SA Gillam-FEI.

Surtout des Liégeois

Sur ce site de la Chartreuse, aujourd'hui livré aux herbes folles d'où émergent tristement les bâtiments délabrés de l'ancien domaine militaire, et où on projette d'installer des logements de qualité tout en conservant l'enclos des fusillés à l'entrée supérieure du domaine, plane le souvenir de 48 fusillés dont 41 Belges (plus de la moitié étant du Pays de Liège), 5 Français, 1 Hollandais et 1 Anglais. Le plus âgé (fusillé avec son fils) avait 62 ans, six avait la cinquantaine, les deux plus jeunes étaient deux frères de 20 et 22 ans.

Leur histoire mérite bien que l'on s'y attarde. Cette histoire est celle de notre pays, de notre ville, c'est aussi la nôtre.

© La Libre Belgique 2004

LILY PORTUGAELS

Facebook

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

cover-ci

Cover-PM