Gazette de Liége Novice en politique et propulsée échevine, elle endossera l’écharpe et s’occupera d’enseignement et de jeunesse.

Elle a promis de débarquer à l’échevinat avec son jeans troué et ses baskets. Elle n’a plus 20 ans… Enfin si, dans la tête… Sylvia Belly (56 ans), actuellement directrice à l’école communale d’Ensival, ne va pas changer sa façon d’être et de penser le 4 décembre prochain lorsqu’elle sera investie réellement comme échevine de l’Enseignement et de la Jeunesse.

Une totale surprise pour l’intéressée qui, le soir des élections, annonçait déjà au premier suppléant de la liste PS qu’il siégerait à sa place… "J’avais été approchée en mars-avril par Didier Nyssen, mon ancien échevin, pour les Provinciales. Puis, je me suis retrouvée un peu par hasard sur la liste communale. Je n’avais aucune prétention sauf à la Province où je voulais aider Didier à décrocher un deuxième siège. J’y ai fait des voix et à la commune aussi puisque j’étais 13e score sur 37. En tant que directrice, il me fallait démissionner pour siéger".

Puis, dans la nuit de dimanche à lundi dernier, la machine s’est emballée. Les négociations allaient bon train avec le MR et la discussion tournait entre autres autour de la 3e femme. Avec deux échevinats, blocage réformateur… Pas de place pour Stéphanie Cortisse. Les regards se tournaient vers le PS et… Sylvia Belly, the right woman in the right place pour l’Enseignement, Jean-François Istasse étant en plus en partance pour la Région afin d’y suppléer Véronique Bonni.

"Quand on m’a contacté tard cette nuit-là, ce fut vraiment une surprise. Et j’y ai vraiment réfléchi toute la semaine et je me suis finalement positionnée vendredi. Non sans émotion après avoir été 35 ans dans l’enseignement. D’abord comme institutrice maternelle puis depuis 8 ans comme directrice à Ensival où j’ai lancé en septembre la première école sportive communale. Un projet qui a nécessité trois ans avant sa mise sur pied".

Elle succède donc à Jean-François Istasse "qui a fait du bon travail en termes d’infrastructures mais aussi en engageant deux coordinateurs. Mon avantage, c’est que je connais tous les directeurs… Mon seul objectif : travailler pour le personnel et les élèves !".