Gazette de Liége

En majorité depuis 104 ans, la liste socialiste de Waremme pourrait rencontrer pour la première fois une sérieuse concurrence avec une liste citoyenne à tendance libérale lors du scrutin communal du 14 octobre: "Pour Waremme". Si les premiers prônent une politique principalement axée sur les logements sociaux et publics ainsi que sur la mobilité et la sécurité, les seconds axent davantage leur politique sur l'emploi, le développement du zoning industriel, la mise en valeur de l'agriculture avec une vision tournée vers le futur.

"La politique est la science des choix". Une phrase qui met en accord les différents groupes politiques waremmiens. Si les socialistes ont la mainmise sur la ville depuis plus d'un siècle, les idées et les personnalités qui se trouvent sur les listes concurrentes pourraient augmenter leur cote de popularité. "Nous avons un projet complémentaire à celui de la majorité actuelle, mais différents à bien des égards pour préparer l'avenir. C'est une donnée qui n'a pas été prise en compte sur les six dernières années. Les réserves ont fondu de 80%. On a fait des projets sans penser à la manière dont on allait renflouer les caisses. Nous on vient avec cette vision", note la tête de liste de "Pour Waremme", Raphaël Dubois.

L'un des projets de cette liste citoyenne consiste notamment à rassembler les différents acteurs de l'insertion professionnelle à Waremme en un seul et même lieu tout en créant des espaces de co-working. "D'ici 2025, une quinzaine de médecins généralistes vont partir à la retraire. Ce qui est énorme. Nous aimerions créer un pôle santé pour permettre la venue de nouveaux médecins. Beaucoup n'ont pas les moyens de s'installer directement, ce pôle leur permettrait de développer leur patientèle", précise encore Raphaël Dubois. Selon ce conseiller fiscal, il y aurait également d'importantes économies à réaliser en renégociant l'ensemble des contrats de la Ville dans le domaine énergétique.

Le bourgmestre Jacques Chabot (PS) préfère, de son côté, se concentrer sur le coût de l'immobilier et la hausse constante du nombre d'habitants sur Waremme. "Il y a beaucoup de constructions privées et leur coût est de plus en plus élevé. Tout le monde n'a pas les moyens de se payer un tel logement. C'est important pour nous de continuer une politique sociale comme on a toujours fait et de permettre à tous d'avoir un logement à un prix raisonnable. Via le Home waremmien nous allons construire 65 maisons et 20 appartements sur les 7 à 8 ans à venir. Ce sont des logements qui seront vendus à prix coûtants", note le bourgmestre qui se dit par ailleurs satisfait de l'attractivité du centre-ville. "Notre taux de cellule vide n'est que de 6,8%", ajoute-t-il.

"Pour Waremme" affirme pour sa part qu'il faut mettre le holà sur les gros projets privés de construction tant que les deux projets en cours n'ont pas totalement aboutis. "Il faut être sûr de pouvoir absorber la population supplémentaire. C'est une chose que d'avoir la place pour accueillir de nouveaux citoyens, mais encore faut-il s'assurer que les services proposés suivront". A côté de cela, Raphaël Dubois marque une volonté forte dans l'accélération des procédures pour la création d'un zoning industriel qui devrait permettre le développement économique de la région par la venue ou l'agrandissement de sociétés.

Des visions et des projets complémentaires qui pourraient se combiner après les élections communales. Avec, actuellement, 15 sièges pour la majorité socialiste et huit sièges pour l'opposition, des surprises ne sont pas exclues le 14 octobre.