Gazette de Liége

La locale Ecolo d’Amay a présenté ce mardi sa liste complète en vue des élections communales d’octobre prochain. Une liste d’expérience "construite dans la continuité du travail accompli durant les douze années de majorité", indique la locale Ecolo. Parmi les 23 candidats, neuf se présentent pour la première fois et sept sont des candidats d’ouverture. L’actuel bourgmestre Jean-Michel Javaux, candidat à un nouveau mandat, mènera cette liste, avec à ses côtés des personnalités bien connues dans la commune. On retrouve ainsi l’échevin du Sport Daniel Delvaux (7e), mais aussi les échevines Stéphanie Caprasse (2e), Janine Davignon (4e), Corinne Borgnet (6e) et Catherine Delhez (23e), l’ancien échevin et actuel président du conseil communal et du centre culturel Daniel Boccar (13e), les conseillers communaux Pol Mainfroid (11e) et Christel Tonnon (16e), etc.

Celui qui était conseiller communal et chef de groupe de l’opposition PS au conseil communal jusqu’à il y a peu, Raphaël Torreborre (17e), figure également sur cette liste.

"Notre liste comporte des candidats de tous quartiers, a souligné Jean-Michel Javaux. Tous les villages sont représentés mais nous mettons en plus l’accent sur la représentativité des quartiers. Notre politique s’appuie sur les 25 comités de quartiers." La raison de ce choix stratégique ? Les comités de quartiers réalisent des diagnostics sociaux et peuvent relever les difficultés auxquelles les riverains doivent faire face. Selon le bilan tiré par la majorité actuelle, la dette de la commune, sous tutelle depuis 1998, a diminué de 33 % depuis son arrivée au pouvoir en 2006.

Si les candidats ne souhaitent pas encore dévoiler leur programme, ils estiment que 75 % des promesses faites aux dernières élections ont été réalisées. "La revitalisation du centre d’Amay est en bonne voie, la politique menée en ce qui concerne les jeunes enfants et les aînés, les abris pour les jeunes, redonner une seconde vie à la gare d’Amay… sont autant de projets sur lesquels nous avons travaillé. Nous avons refait près de 70 % des voiries. Nous voulons continuer dans cette voie", a conclu Jean-Michel Javaux.

Luc Mélon (53 ans), candidat expérimenté avec ses 18 ans de mandat derrière lui, qui fut d’abord dans l’opposition avant de devenir échevin dès 2006 et président du CPAS depuis 2015, se retirera de ses fonctions au bout de trois ans, s’il est réélu. Il entend ainsi terminer les projets entamés avant de passer le témoin.